Vouloir la liberté vaccinale, c’est crédulo-complotiste ? Ah bon ?

Alternative Santé N° 50 -octobre 2017 – J.-B. T.
On va peut-être finir par se la faire, cette overdose de vaccins. Je ne parle pas ici que de la volonté du gouvernement et de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’ajouter huit vaccins aux trois déjà obligatoires, je parle aussi du fait que nous ne cessons de lire, d’écrire, de pétitionner, de nous agiter, de manifester sur le sujet des vaccins. Mais avons-nous le choix ?
Il suffit d’entendre l’interview de la ministre à la matinale de France Inter pour constater qu’elle a littéralement durci le ton. Déjà qu’une simple remarque, une simple interrogation, le moindre doute vaut à celui qui l’émet d’être considéré comme un renégat immédiatement catalogué « anti vaccins » (tu parles d’une démocratie !), voilà que la ministre jette de l’huile sur le feu, caricature, exclut et méprise un peu plus ceux qui ne demandent qu’un débat sur la liberté vaccinale, en parlant ouvertement de crédulité et de complotisme.
Ainsi, en France, on peut débattre des heures sur un projet de transformation d’une rue de quartier, s’écharper sur le choix du revêtement d’un trottoir, et se crêper le chignon pour statuer sur la largeur de la chaussée, mais débattre sur une question aussi importante que la vaccination, c’est juste inenvisageable.
Vouloir débattre, c’est être anti vaccins et crédulo-complotiste. Mais oui, mais oui, on croit tous au complot-judéo-maçonnico-bolchévicocapitalisto-catholico-industriel, c’est une évidence… Ce qui est une évidence, c’est que cette question vaccinale semble être une guerre, et qu’elle est déclarée par une ministre de la Santé qui prouve, une fois de plus, que dans la guerre, la première victime, c’est la vérité. Ce qui est une évidence, c’est qu’à être aussi dure, violente dans ses propos, nerveuse et méprisante, Agnès Buzyn n’est pas prête de restaurer cette fameuse confiance dans les médicaments et les vaccins dont elle déplore le manque dans notre société. Elle nous faisait savoir, lorsque nous avons remis notre pétition le 9 septembre au ministère de la Santé, qu’elle allait « siffler la fin de la récré ». C’est ce que nous allons voir.
Rendez-vous le 15 octobre prochain devant l’Assemblée nationale, et dans une dizaine de villes. Les enfants crédulo-complotistes n’ont pas fini de « jouer ».
Le Canard Enchaîné (11/10/2017 ) : La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, poursuit sa campagne pour la vaccinations en tout genre des petits et grands français. Elle a courageusement remis ça, la semaine dernière, aux Entretiens de Bicha, où, nous dit « Le Figaro » (5/10), a été posée la question de l’obligation vaccinale pour les soignants, alors que commence la campagne de vaccination contre la grippe. Une récente étude portant sur 3 000 professionnels de santé montre, en effet, que la moitié d’entre eux « n’envisagent pas de se faire vacciner contrela grippe ». Or, bien sûr, ces personnels de santé sont appelés à être au contact de malades et autre catégories fragiles, du genre petits vieux ou enfants… pas vaccinés.    On n’en sort pas…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.