La Corée du Nord face aux nouvelles sanctions

Le Monde 17/10/2017
Le leader nord-coréen Kim Jong-un assiste à un tir de missile, en 2017. La source de l’image est l’agence de presse officielle KCNA. KCNA KCNA / REUTERS
Le pire est-il à venir dans les relations entre la Corée du Nord et la communauté internationale ? Lundi, l’Union européenne (UE) a renforcé ses sanctions contre Pyongyang, en réponse à son essai nucléaire de début septembre. Les nouvelles mesures visent l’armée et le ministère de la défense, interdisent tout investissement européen et toute exportation de pétrole, limitent les transferts de fonds à 5 000 euros. Les permis de travail de ressortissants nord-coréens dans l’UE ne seront pas renouvelés tandis que vingt-cinq pays (africains et asiatiques surtout) sont invités à ne plus coopérer avec le régime de Kim Jong-un. Lundi encore, la Russie a publié un décret afin de limiter les liens avec les Nord-Coréens dans les domaines économiques, scientifiques et techniques. Pourtant, ainsi que le rapporte Slate, dans un article de la revue Foreign policy traduit de l’anglais, la Corée du Nord, malgré ces sanctions, fait preuve de résilience. La création de sociétés écrans échappant aux sanctions et un système de contrebande, notamment avec la Chine, permettraient au pays de surmonter en partie les restrictions imposées par la communauté internationale.
Sur le plan diplomatique, peu d’avancées semblent à attendre. Selon CNN, un responsable de Pyongyang a affirmé lundi que son pays n’était pas intéressé par des négociations diplomatiques tant qu’il n’aurait pas atteint son objectif : lancer des missiles intercontinentaux « capables de toucher jusqu’à la côte est des Etats-Unis » et démontrer aux Américains sa capacité à répondre à toute agression. De nouveaux tirs pourraient avoir lieu dans les prochains jours, alors que des exercices conjoints Etats-Unis-Corée du Sud se déroulent actuellement et que Donald Trump est attendu en Asie, notamment à Séoul, début novembre. A cette occasion, le président américain devrait insister auprès de ses alliés pour qu’ils accroissent leur pression sur la Corée du Nord, selon le New York Times. Le président américain avait récemment estimé que son secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, « perdait son temps » à tenter une approche diplomatique. Ce dernier a néanmoins assuré dimanche que son patron lui avait clairement demandé « de résoudre cette crise par la diplomatie ». « Il ne veut pas la guerre », a-t-il affirmé, explique la BBC.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.