Santé – L’Actinidia : Les kiwis font le plein de vitamines

La Nouvelle République 07/10/2017
On considère souvent le kiwi comme un fruit exotique. Il est pourtant très facile de le cultiver sous nos contrées, d’autant que cette liane gourmande s’avère très rustique.

Quel est le nom de l’arbre à kiwi ? L’actinidia. Et cet arbuste importé de Chine au début du XXe siècle a toutes les apparences d’une liane : il est grimpant, sarmenteux… et vite envahissant. Posé contre une treille ou à l’abri d’un mur, il ne met pas longtemps à les revêtir, ses branches souples partant à la recherche du moindre espace libre. Pour cette raison, il peut être utile de procéder à deux tailles par an afin de contenir sa végétation : la première a lieu début juillet, lorsque les fruits ont la taille d’une noix. La deuxième s’effectue en février, trois yeux au-dessus de l’emplacement du dernier fruit porté. Pour le repérer plus aisément, il est conseillé de laisser en place, lors de la récolte d’automne, les pédoncules des fruits. La récolte, d’octobre à novembre, s’effectue lorsque l’enveloppe des kiwis brunit. Ils peuvent ensuite se conserver plusieurs mois au frais, le temps de mûrir tranquillement et de devenir plus tendres. Leur taux élevé en vitamine C rendrait alors vos agrumes verts de jalousie.
Facile à vivre
L’actinidia n’est pas un arbre compliqué : il résiste à des températures négatives descendant jusqu’à -15 °C (seuls ses bourgeons auront besoin d’être protégés des vents froids) et ne craint ni les maladies cryptogamiques ni les insectes. Un paillage à son pied protégera ses racines des mauvaises herbes, comme du gel, et il s’avérera aussi utile en été, une époque où il apprécie une terre humide. Par ailleurs, si l’implantation de plants mâles et femelles est préconisée pour s’assurer de beaux fruits après quelques années, il existe également des sélections auto fertiles, qui s’avèrent presque aussi productives.
Vitamines Comme toutes les plantes, le kiwi saura apprécier un apport d’engrais à la belle saison. Le jaunissement de ses feuilles peut par ailleurs vous alerter sur une carence en fer, due à un sol trop calcaire. Un complément en chélate de fer ou en fumier de bovin sera alors bienvenu. La fertilisation s’effectuant au niveau des racines, il faudra gratter légèrement la terre avec un râteau pour répartir l’engrais et pour l’incorporer. Les racines étant proches du sol, il ne faut pas creuser trop profondément. Les insectes pollinisateurs effectueront la majeure partie du travail le moment venu pour faciliter la future récolte.

La plantation et l’entretien de l’actinidia
La Nouvelle République  05/10/2017
Aujourd’hui, le jardinier NR répond à une question de Roger Leroy, de Poitiers : « Je voudrais installer une plante grimpante sur ma pergola. On m’a parlé de l’actinidia ». Plus connu sous le nom de kiwi, l’actinidia est une liane rustique qui supporte – 20 °C, mais ses bourgeons gèlent à – 4 °C. Plantez-le de préférence en situation mi-ombragée, dans un sol meuble, frais, riche et sans calcaire sur des supports solides (une pergola de 5 à 6 m de longueur pour 3 m de largeur est nécessaire). De décembre à mi-février, coupez les rameaux à deux yeux au-dessus de l’emplacement du dernier fruit. Tous les trois à quatre ans, coupez les plus grosses branches productives à deux yeux de leur base et les autres à six ou sept yeux. En juillet, coupez les rameaux portant des fruits au-dessus de la quatrième feuille après le dernier groupe de kiwis. En août, il faut raccourcir le rameau qui s’est développé après la coupe du mois précédent à deux yeux du départ de la ramification.
L’actinidia est dioïque. Il existe donc des pieds mâles et des pieds femelles. Cependant, la plupart des variétés sont auto-fertiles. Il n’est pas besoin de mélanger les variétés pour obtenir floraison et fructification. La floraison intervient généralement vers mai-juin. Les fruits sont portés par les branches de l’année. Après la taille au printemps, puis au milieu de l’été, apportez un engrais pour arbres fruitiers. Le sol doit rester humide en été. Les kiwis se récoltent encore verts, d’octobre à novembre. Ils poursuivent leur maturité après la récolte et se conservent environ trois mois dans un local frais. Évitez de les stocker en présence de pommes qui, en dégageant de l’éthylène, accélèrent leur maturation.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Nature, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.