Italie – Les référendums en Lombardie et Vénétie, l’anti-Catalogne

Le Monde 23/10/2017
C’est un scrutin qui serait sans doute passé inaperçu sans les événements qui secouent la Catalogne. Dimanche, les Italiens de Vénétie et Lombardie participaient à un référendum consultatif sur l’autonomie renforcée de ces deux riches régions du Nord. Le vote a été initié par la Ligue du Nord, notamment le président de la Lombardie, Roberto Maroni. « Il avait fixé le seuil du succès à 34 % de participation (…). Le président Roberto Maroni peut exulter : plus de 40 % des électeurs sont allés voter » , souligne La Repubblica qui signale également les problèmes techniques rencontrés par le vote électronique, une première dans le pays.

Un électeur se prononce sur le référendum d’autonomie de la Lombardie, le 22 octobre, à Milan. ALESSANDRO GAROFALO / REUTERS
Luca Zaia , l’homologue de Maroni en Vénétie, a prévenu que l’annonce des résultats seraient retardés par une attaque informatique qui était parvenue à passer deux des trois niveaux de sécurité. Le taux de participation a en fait frôlé les 60 % en Vénétie et le oui l’a emporté à plus de 90 % dans les deux régions. Les deux référendums ne sont pas obligatoires et n’auront « aucun effet immédiat » rappelle toutefois Il Sole 24 Ore. Le quotidien économique ajoute que « la nette victoire du oui » permet aux deux régions d’ouvrir une discussion avec le pouvoir central à Rome, notamment sur la part du solde fiscal à laquelle elles peuvent prétendre.
Le Corriere della Sera a accordé une large place au vote. Un vote incomparable avec la Catalogne sachant qu’il n’est pas question d’indépendance et que le scrutin s’est fait dans le respect du cadre constitutionnel. « Les référendums en Lombardie et en Vénétie, comme cela arrive souvent en Italie, n’ont pas donné lieu à un débat approfondi, mais la plupart des commentaires portaient sur l’utilité (ou l’inutilité) de cette consultation », explique un éditorial du quotidien milanais. Le journal veut y voir « une excellente opportunité de réflexion » alors que le déséquilibre économique entre le Nord et le Sud persiste depuis des décennies, laissant l’impression d’un « pays immobile ». Une discussion sur l’autonomie et les responsabilités des dépenses « aide tout le monde », assure l’éditorial.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.