#ParadisePapers Le géant de l’énergie Engie a rapatrié d’Australie 1 milliard de dollars de profits.

Le Monde 09/11/2017

« Paradise Papers » : le tour de passe-passe d’Engie
Grâce à un montage financier appelé le « Projet Salmon », le géant français de l’énergie a rapatrié d’Australie 1 milliard de dollars de profits en 2012, et limité sa facture fiscale, mettant la touche finale à un montage élaboré par les meilleurs cabinets d’optimisation fiscale.
Un montage secret à 1 milliard de dollars baptisé en interne « Projet Salmon », qu’ont découvert, dans les « Paradise Papers », Le Monde et ses partenaires du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dont la chaîne ABC, l’Australian Financial Review et le Guardian Australia. Entre le 19 et le 25 juin 2012, des dizaines d’opérations financières ont été effectuées entre une trentaine de sociétés du groupe, domiciliées en Australie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Comme par un coup de baguette magique, par un simple jeu d’écriture comptable, Engie a effacé 1 milliard de dollars de dette interne entre ses filiales, et de s’enlever une belle épine du pied. Ce milliard menaçait en effet de lui coûter très cher s’il venait à apparaître l’année suivante dans sa déclaration fiscale.
Pour saisir l’enjeu de cette histoire, il faut comprendre que, pour une multinationale comme Engie dont les activités essaiment dans le monde entier, l’un des enjeux majeurs est de déplacer son argent à travers les frontières en évitant au maximum qu’il soit taxé. Ce qui la pousse à mettre en place des montages complexes pour « optimiser » ses impôts sans franchir les frontières de la légalité. Cette manœuvre fiscale est un exemple édifiant de cette zone grise entre le légal et l’illégal que les spécialistes nomment « planification fiscale agressive », contre laquelle les Etats peinent à lutter. Engie doit d’ailleurs faire face depuis un an à une enquête de la Commission européenne pour des pratiques d’optimisation fiscale au Luxembourg.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Energie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.