C’est écrit, c’est tradi’, pardi !

Le Canard Enchaîné – 08/11/2017 – Conflit de Canard –
Du Pata Negra « grande tradition » issu de « porcs noirs élevés en plain air », comme c’est écrit sur l’emballage. La marque Labeyrie sait y faire pour appâter le chaland et lui faire débourser deux fois plus cher que pour un jambon lambda. Sauf qu’on avale de travers quand on repère sur l’étiquette deux additifs moins folichons : le E250 et le E252, des nitrates qui n’ont jamais figuré dans la recette du Pata Negra vendu en Espagne et, qui plus est, sont estampillés cancérigènes probables. Miam !
Pour faire oublier que tous ses produits sont transformés, l’industrie agroalimentaire use et abuse de formules qui fleurent bon les recettes d’antan et laissent penser qu’ils sont donc meilleurs pour la santé. Avec d’autant plus de gourmandise que la réglementation est un vrai gruyère. Seules deux expressions « à l’ancienne » et « traditionnel », garantissent l’absence d’additifs. Pour contourner l’oukase, il suffit par exemple de substituer  » grande tradition » à « traditionnel ». Une pratique qui a fait monter la moutarde au nez de l’ONG Foodwatch. « Le consommateur est induit en erreur, on lui vend des aliments issus d’une tradition culinaire et artisanale, sous-entendu naturels, sans chimie, et il se retrouve avec dans l’assiette, un cocktail d’additifs », dénonce une des responsables de l’association. Food watch qui est allé collecter dans les supermarchés un tas de produits transformés aux mentions faussement authentiques du genre « spécial campagne » ou encore « saveur à l’ancienne », a craqué sur la poêlée de légumes « rustique » de Bonduelle. « Rustique » étant un terme non réglementé, la marque en a profité pour y fourrer cinq additifs. Parmi lesquels on retrouve le fameux E 250 mais aussi le E450, un agent de texture soupçonné, à haute dose, de favoriser l’hyperactivité des enfants et de dézinguer le foie, à tel point que l’Agence européenne de sécurité des aliments a décidé de le réévaluer fissa d’ici à la fin 2018. Goûteux, quand on se souvient du slogan « Bonduelle s’engage à vous offrir le meilleur des légumes ». et des additifs ? 
Pour faire un exemple et en finir avec cette dérive marketing qui sévit dans les rayons, Foowatch somme le roi des légumes surgelés, pétition à l’appui, d’éliminer les additifs de sa recette ou de renoncer à l’expression « rustique » tamponnée sur l’emballage. On espère qu’avec ça, l’industrie agroalimentaire va arrêter de nous prendre pour des jambons !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.