Birmanie – La diplomatie « faillible » du Vatican

Le Monde 30/11/2017
Le Vatican s’est efforcé, mercredi, de relativiser les critiques sur la frilosité diplomatique supposée du pape François lors de son voyage en Birmanie. Son choix de ne pas évoquer explicitement le sort de la minorité musulmane des Rohingya, chassée du territoire birman par la violence de l’armée, a amené le porte-parole du Vatican à justifier cette stratégie.
Le pape François célèbre une messe devant la minorité catholique birmane, le 29 novembre. OSSERVATORE ROMANO / REUTERS
Reconnaissant à demi-mot que la discrétion conseillée par l’Eglise catholique sur place ne reflétait pas la pensée du pape, Greg Burke a insisté : « Cela n’enlève rien à ce que le pape a dit par le passé ou en privé. » Il a toutefois reconnu que la diplomatie vaticane n’était pas « infaillible », rapporte le spécialiste du Vatican pour l’agence Reuters. « On n’attend pas des gens qu’ils résolvent des problèmes impossibles », a poursuivi le porte-parole. Le New york Times note aussi que pour sa dernière journée sur place, le pape François a tenté de faire oublier « la déception » que son silence a suscitée chez les défenseurs des droits de l’homme sur place ; certains estimant même qu’il a commis une « faute tactique ».
Le NYT se demande si l’autorité morale du pape a été atteinte alors qu’était attendue une parole forte « d’un leader mondial » sur le sujet. Les évêques locaux, soucieux de ne pas causer de problèmes à la minorité catholique du pays, ont également fait profil bas ; l’un d’entre eux assurant même qu’il ne savait pas si « le nettoyage ethnique », dénoncé par l’Organisation des Nations unies (ONU) « était réel ou pas ».
Dans un éditorial, The Guardian rappelle que par le passé, le pape a certes ouvertement montré sa solidarité envers la minorité musulmane mais qu’il est avant tout le chef de l’Eglise catholique. A ce titre, « il se doit de protéger ses fidèles, ce qu’il a fait en Birmanie ». De plus, le voyage avait été décidé en juin, avant le début des violences et dans la foulée d’une visite cordiale d’Aung San Suu Kyi au Vatican et du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux Etats. Reste à savoir si le pape sera plus explicite lors de sa rencontre avec des réfugiés Rohingya au Bangladesh, vendredi.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Droit de l'humain, International, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.