Glyphosate, pourquoi faire simple… quand on peut allègrement se compliquer la vie

Satire Hebdo – N°10 – 25 novembre 2017 –
Le glyphosate, ça tue les herbes qui ne se vendent pas, et c’est ingéré par les animaux – donc nous. Et ce n’est pas très bon. Pourquoi ne pas l’interdire? Eh bien, c’est comme l’amiante : les sous d’abord, il y a des priorités.
Voilà un vrai péril mortel mais tout le monde s’en tamponne le coquillard : le glyphosate, c’est quoi déjà ? C’est un herbicide utilisé et distribué massivement depuis les années 70 par Monsanto. C’est la substance active du célèbre Roundup, dont papy aspergeait joyeusement son potager. Miam-miam. Le glyphosate détruit les plantes de l’intérieur et on le répand sur les champs pour supprimer « les mauvaises herbes ». Comment fait-il le distinguo entre les « bonnes » et les « mauvaises » herbes ? Eh bien, Monsanto a créé des plantes OGM qui résistent à son propre herbicide : astucieux.
Mais non ce n’est pas toxique, c’est très bon !
Les professionnels de la santé s’époumonent depuis un bon moment à expliquer que le glyphosate est dangereux : on en retrouve dans notre nourriture, dans notre urine, mais aussi dans la terre et les cours d’eau. Le Centre international de recherche sur le cancer a alerté en 2015, actant que c’était un cancérogène « certain » chez l’animal. Mais pas de panique, ce n’est cancérogène que chez les animaux, les non humains, nous rassure la FNSEA. Ce n’est pas plus toxique que « du café ou du sel » (ce n’est pas une blague!).
La FNSEA estime que deux tiers des agriculteurs l’utilisent aujourd’hui et ne sauraient faire sans. « On serait incapables, sans désherbant, de produire des céréales », a affirmé à France Info Nicolas Delatre, céréalier dans les Yvelines. Car oui, avant 1970, il n’y avait pas de céréales. Et maintenant, des mammouths, il n’y en a plus : il faut bien qu’on mange ! Comme le glyphosate a mauvaise presse, Monsanto prépare de nouvelles molécules pour le remplacer : chouette, des nouveaux cancers !
Bonne nouvelle : Nicolas Hulot déteste le glyphosate, et il veut l’interdire. Mais bon, pas tout de suite. Enfin il ne sait pas trop. Au début, il n’en voulait plus du tout, et puis la FNSEA l’a appelé à l’ordre, alors bon. Dans le même genre, il voulait sortir du nucléaire, mais finalement, c’est pas sûr-sûr. Il voulait aussi interdire la chasse à courre, mais Emmanuel Macron a téléphoné à la Fédération des chasseurs pour les rassurer : Qu’ils ne s’inquiètent pas, ils pourront continuer à faire déchiqueter des renards ou des cerfs vivants par leurs chiens affamés. Donc du glyphosate, vous allez en bouffer.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.