Les lycées de la région Auvergne-Rhône-Alpes vont désormais être équipés de portiques de sécurité

Satire Hebdo – 25 novembre 2017 – 
Incroyable mais vrai, les lycées de la région Auvergne-Rhône-Alpes vont désormais être équipés de portiques de sécurité (ne pleurez pas, ça va arriver ailleurs aussi, faites-nous confiance).
Sur les 570 lycées que compte la région, 120 sont déjà équipés de ce dispositif de sécurité. Laurent Wauquiez, entre deux passages chez son coiffeur se frotte les mains (fraîchement manucurées). il a réussi son pari : faire de son territoire un axe ultra sécuritaire, où le hasard n’a pas sa place et où les forces de l’ordre règnent en maître. Un royaume de l’anti-criminalité, un antre de la surveillance et du manque d’autonomie. En Auvergne-Rhône-Alpes, voyez-vous, les gens ne sont pas comme nous, ils ont peur de tout, et tous les moyens sont bons pour lutter contre le sentiment d’insécurité permanente que le grand seigneur leur a lui-même créé. On ne sait s’il faut en rire ou en pleurer. 
Où Hollywood s’en mêle
Ainsi donc, nous jouerons désormais dans la cour des grands, comme dans les banlieues sales de Chicago, c’est donc cela classe à Dallas. Vous avez vu comme nous les affres de la pauvreté, son cortège de violence, dans des chefs d’œuvres cinématographiques d’outre Atlantique. vous avez constaté sans doute que chez nous aussi, pas un lycéen ne vient sans sa bite et son couteau comme arme de guerre, prêt à en découdre avec les dames du CDI. Que bien des parents d’élève ont un profil de tueurs-né, ceinture d’explosif au-dessus de la braguette et version dramatisée du Coran en poche. on se croirait dans un mauvais scénario, dans un film catastrophe où il faudrait arrêter les innocents bien avant qu’ils ne gangrènent. bienvenue dans une France où le portail est un symbole, celui d’une génération où la loi en l’humanité n’a plus sa place.
Des robots en plus, des boulots en moins
Que diable, il n’y a plus de concierge dans tous ces lycées, pouvant articuler trois mots pour demander une pièce d’identité ? Il n’y a pas de surveillants, pas de CPE, pas de chef d’établissement qui fassent ce pour quoi on les paie ? Point d’agents de médiation qui font la queue au Pôle emploi ? La star des élections régionales avait fait de cette volonté de sécurité un des grands axes de sa campagne. Quid de la sécurité de ceux qui, bravement, attendent leur tour dans la longue file avant de pouvoir rentrer dans leur école ?  Eh oui, Monsieur, vous qui n’avez sans doute jamais mis les pieds dans un supermarché, vous apprendrez à bon escient que, quand on crée une attente, on crée la file qui va avec… Je vous met au défi d’en créer une et d’y garder le calme. 
Etats-Unis : Les élèves sont formés aux bons gestes en cas de fusillade
A l’ère de l’Etat policier.
Nous commençons donc une nouvelle ère, celle de l’Etat policier tout puissant qui dit veiller sur nous. Cela empêchera le terrorisme, paraît-il et aussi les batailles de cutter à la récré. Et cela fera bosser toujours les mêmes, agents et surveillants qu’on ne sait traiter au sein de l’Education nationale que comme de la petite main d’œuvre, qu’on aimerait voir travailler plus que leurs 45 heures hebdomadaires, si possible par temps neigeux ou caniculaire, histoire qu’ils servent à quelque chose, tiens. Car il faudra bien quelqu’un de suffisamment bête et discipliné pour « surveiller que tout va bien » au milieu des tourniquets. Cette mesure aura au moins un effet, un tantinet moins pervers que les autres : donner aux chefs d’établissement plus de fil à retordre à leurs sous-fifres, en s’assurant qu’ils occupent utilement leur journée de travail.   
Moutons de Panurge ?
Désormais, comptez sur une France qui critique allèrement les Etats-Unis mais qui suit leur mouvance comme un mouton bien élevé. Bientôt, des policiers seront carrément postés à l’entrée des maternelles, mitrailleuse au poing,  détecteur de métaux en bouche, et personne n’y trouvera à redire. Les régions s’organisent pour imiter Wauquiez, comme si l’opinion d’un type qui dépense des fortunes chez Saint-Algue pour teindre ses tifs en poivre et sel avait un quelconque intérêt. Profitez donc des derniers bastions de liberté qu’ils vous restent, avant que vous ne dussiez vous pointer au boulot avec une fouille en règle. Tout se passe, tout lasse, dit-on. Alors cela alimentera pendant un temps les conversations avant de subir une nouvelle étape dans le tout sécuritaire devenu indispensable.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Police. Ajoutez ce permalien à vos favoris.