Réussir sa vie – Magazine Science de la Conscience

Aujourd’hui, nous savons que non seulement « un homme seul ne peut rien », comme le disait G.I. Gurdjieff, mais que réussir sa vie implique de s’intéresser aux autres dans tous les domaines et ce, bien plus loin que le cercle tout proche de la famille et des amis, car nous sommes avant tout des citoyens du monde. A ce titre, nous savons que ce qui se passe ailleurs a des répercussions sur nous au cœur même de notre vie quotidienne. Nous savons aussi que nous en portons chacun une part de responsabilité.
A l’heure de la multiplication des catastrophes naturelles et des intégrismes accompagnés de violence qui touchent tous les pays et toutes les populations, plus personne aujourd’hui ne peut se croire à l’abri de « tout perdre » : tout ce qu’on a construit, sa vie même, peut disparaître en un instant. Que reste-t-il quand l’œuvre d’une vie s’envole ? Que signifie alors réussir sa vie ? Ne devons-nous pas lui donner un sens supérieur, au-delà des plaisirs et satisfactions ordinaires ? Nous avons le choix. Mais qu’implique ce choix ? Vous en conviendrez certainement : il est incompatible avec l’égocentrisme et l’isolement.
Quoi qu’il puisse nous arriver personnellement, notre vie ne sera jamais vaine tant qu’elle aura un sens, tant que l’avenir de l’humanité sera une priorité ou au moins un de nos centres d’intérêt prioritaires, puisque nous en sommes une partie inséparable de toutes les autres. Il est plus qu’urgent de sortir de nos comportements animaux instinctifs, en étant préoccupés uniquement de nous remplir et de veiller à notre seul confort, à l’abri des regards, ou nourrissant la jalousie parce que nous croyons faire partie de ceux qui possèdent moins. Richesse, statut social, renommée, réussite familiale et plaisirs en tous genres ne sont pas un dû, mais un prêt pour cette vie, parfois sur des temps bien courts.
L’heure est venue de poser la question du sens de la vie dans un contexte si large qu’il en dépasse même peut-être notre seule humanité. Nous devons peser les conséquences de nos attitudes quotidiennes mécaniques et donc irréfléchies. Sinon, réussir sa vie ne restera qu’un vœu vide et creux. Peut-être la seule réponse valable ne se trouvera que sur un chemin d’évolution spirituelle authentique qui nous conduit à dévoiler ce qui, en nous, est beau, bon et vrai. Peut-être est-ce la seule option possible qui soit susceptible de nous faire dire, le jour de notre mort : « Malgré toutes mes erreurs et toutes mes souffrances, je peux dire que j’ai réussi ce que j’étais venu faire dans cette vie ». Puisse ce numéro vous aider à approfondir le sujet, dans l’enthousiasme et l’authenticité…
Edito de Coline d’Aubret
Sommaire :
  • Ignorance
Du point de vue de toutes les spiritualités, la pire chose est l’ignorance. L’ignorance est la cause de tous les malheurs du monde. Évidemment, lorsqu’on commet des actes néfastes par ignorance, le karma de ces actes se déroule. Que vous tuiez quelqu’un volontairement ou involontairement, la conséquence est la même pour celui qui est mort !
  • Quel sens a ma vie ?
À un moment ou à un autre, chacun se demande si la vie vaut la peine d’être vécue, mais une telle question est signe d’immaturité car l’être humain est capable de donner à sa vie de nombreux sens, du plus superficiel au plus profond, du plus matériel au plus spirituel.
  • Que cherchez-vous : la vérité ou le bien-être ?
Il existe des lois du fonctionnement de l’esprit et du fonctionnement des mondes. Lorsque vous les connaissez, vous pouvez les utiliser. Lorsque vous ne les connaissez pas, elles s’appliquent malgré vous, elles s’imposent à vous. Une de ces lois dit qu’il existe deux types d’êtres humains. Le premier cherche uniquement le bien-être et la santé, le second recherche la vérité, ou la sagesse…

  • C’est quoi un Enseignement spirituel ?
La Psycho-Anthropologie considère que l’être humain est constitué d’un corps physique animal dans lequel un esprit (sa nature réelle, son être véritable) tente de se manifester. Cet esprit n’est pas d’origine animale, il n’est pas une émanation du corps physique, par exemple du fonctionnement du cerveau.

  • Être responsable
Gurdjieff, à son arrivée au monastère, est accueilli par le Maître avec ces paroles : « Tu viens comme un agneau, mais n’oublie pas qu’il y a aussi un loup en toi… Es-tu capable de trouver ces deux forces en toi et de leur permettre de cohabiter ? À tout moment, le loup peut dévorer l’agneau, et tu dois apprendre ce que signifie devenir responsable. L’agneau en soi, c’est la force d’affirmation de ce qu’on veut accomplir ou être. Automatiquement se manifeste le loup, une force d’opposition au progrès : c’est votre paresse, votre égoïsme, votre apitoiement…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Développement personnel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.