En Vrac / Etats- Unis – Amérique du Nord : l’avenir incertain des Salvadoriens / langage de Trump

Quelque 200 000 Salvadoriens vivant aux Etats-Unis ont jusqu’à septembre 2019 pour décider de leur avenir. L’administration Trump vient de retirer leur protection à ces personnes vivant sous un statut particulier obtenu en 2001, après deux tremblements de terre dans ce petit pays d’Amérique centrale. Considérée comme un modèle d’intégration, cette diaspora, forte de plus d’1,7 million de personnes, est sous le choc de cette annonce comme le raconte le reportage du Washington Post. Beaucoup de ces familles ont des enfants nés aux Etats-Unis, et qui sont donc Américains.

Mateo Barrera, 4 ans, lors d’un rassemblement à Los Angeles (Californie) après l’annonce de l’administration Trump de mettre un terme au statut particulier dont pouvaient bénéficier les ressortissants salvadoriens depuis 2001. Damian Dovarganes / AP
Dans ce contexte, le gouvernement canadien vient de lancer un appel aux Salvadoriens concernés, leur demandant de ne pas se précipiter dans le pays, comme l’ont fait récemment des milliers d’Haïtiens, également dépossédés de leur statut spécial. « Avant de quitter votre emploi, de retirer votre enfant de l’école et de vendre votre maison pour venir au Canada, assurez-vous de bien comprendre les règles et les lois. Car si vous ne remplissez pas les critères, il est très probable que vous serez renvoyés, non pas aux Etats-Unis, mais dans votre pays d’origine », a prévenu Honoré-Mercier Pablo Rodriguez, membre du gouvernement de Justin Trudeau dans le journal québécois La Presse.
De son côté, le gouvernement salvadorien a promis de mettre à profit le délai accordé à ses ressortissants pour trouver des solutions. « Notre but est que pratiquement tous puissent rester de manière permanente aux Etats-Unis », a déclaré le ministre des affaires étrangères, Hugo Martinez. La diaspora salvadorienne vivant sur le sol américain, principalement en Californie, au Texas et dans la région de Washington-DC, transfère chaque année l’équivalent de 17 % du PIB dans son pays, souligne le quotidien salvadorien La Prensa Grafica. Les autorités ne peuvent se permettre de voir disparaître cette manne, alors que le Salvador est toujours en proie à la pauvreté et à la criminalité. Elles prévoient d’ailleurs que les personnes concernées ne reviendront pas dans leur pays d’origine mais entreront dans la clandestinité aux Etats-Unis.
Le Monde 12 janvier 2018
« Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici [aux Etats-Unis] ? » Le président des Etats-Unis Donald Trump s’est emporté jeudi lors d’une réunion avec des parlementaires à la Maison Blanche sur l’immigration qualifiant, selon le Washington Post, plusieurs nations africaines ainsi que Haïti de « pays de merde ».
Onze détenus de Guantanamo poursuivent Trump. S’inspirant des arguments mis en avant par les détracteurs du décret présidentiel anti-immigration, les prisonniers estiment être illégalement maintenus en prison parce qu’ils sont musulmans.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans En Vrac, International, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.