Quelques effets de #metoo dans l’art et le monde du travail

Le Monde 02/02/2018
 Le mouvement #metoo et les centaines de dénonciations d’agressions sexuelles qu’il a engendrées n’en finissent pas de susciter réflexions, polémiques et interrogations sur l’avenir des relations hommes-femmes. Dans un reportage, le Washington Post a donné la parole à des salariés qui tentent, tant bien que mal, de fixer de nouvelles règles dans leurs rapports professionnels.
De son côté, Vox s’inquiète de la pertinence des questions soulevées dans certaines entreprises par la peur du harcèlement sexuel et des accusations.
Dans le même temps, toujours en Grande-Bretagne, la responsable de la collection d’art contemporain de l’Art gallery à Manchester a fait retirer une œuvre de John William Waterhouse, dans laquelle des nymphes se baignent nues sous les yeux d’un jeune homme. Cette toile est-elle encore visible, dans le contexte actuel, demande, non sans provocation le musée ? La curatrice a voulu susciter la réflexion et invite les visiteurs à écrire leurs réactions en lieu et place du tableau, raconte The Guardian.
« Hylas et les nymphes » (1896), tableau de John William Waterhouse, qui a été retiré des salles d’exposition du musée d’art de la ville de Manchester. MANCHESTER ART GALLERY

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Travail, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.