La gauche préfère donc s’entretuer plutôt que de s’unir

Un doigt dans l’actualité – journal bimestriel – déc .2017/jan. 2018 – Aurélie Bordet – 
La gauche n’a  jamais été aussi divisée et elle n’a jamais autant agonisé, face à un Président qui souhaite incarner à la fois les valeurs de gauche et celles de droite. La gauche parviendra-t-elle à rassembler plutôt que de diviser ses sympathisants ? 
Alors que la gauche devrait être en train de tout faire pour s’unir histoire de résister à l’hégémonie du mouvement En marche, elle préfère se diviser. diviser pour mieux régner, comme dirait l’autre. Diviser pour mieux satisfaire les egos des têtes de gondole de cette gauche qui souffre et qui n’est plus que l’ombre d’elle-même.  Pourtant, les français sont nombreux à partager les valeurs de la gauche et à les espérer au pouvoir ! Face à un Président dont on ne comprend pas toujours bien le leitmotiv, ne devrait-on pas parvenir à se serrer les coudes pour que l’humanisme, l’écologie, l’égalité, la liberté et la fraternité aient leur mot à dire dans notre République si fatiguée ? Face à un Président qui nous lance que la gauche (au même titre que la droite) est devenue quasi-inutile et n’a plus de raison d’être parce qu’il serait lui-même le garant de la cohésion entre toutes les directions politiques, la gauche ne doit-elle pas parvenir à une unité pour peser sur le débat public ?
Amis de gauche, chers partisans d’un monde plus égalitaire et moins régi par l’argent et le cynisme : vous devez être conscients de ce qui est en train de se produire dans votre propre camp. Vous devez comprendre que ce camp est gangréné par des individus. Par des hommes et des femmes qui ont bien plus à cœur leur propre destin que le votre. Que le notre. Nombreux ceux qui ont donné leur confiance à Mélenchon et à son mouvement lors de la présidentielle. Nombreux sont ceux qui l’ont laissé prendre le contrôle de cette gauche et parler en leur nom. Nombreux sont ceux qui lui ont donné carte blanche pour réorchestrer, réorganiser et remodeler la gauche autour de sa personne…
Cessons de nous voiler la face ! Mélenchon est dans le jeu politique depuis des lustres, il y fait ses petites salades politicardes et il voudrait aujourd’hui incarner la gauche à lui tout seul – même s’il s’en défend volontiers ! Autour de lui, d’autres egos sont là pour « exister » sur l’échiquier de la politique. Qui veut, à gauche, d’une Obono opposée à la loi de 2004 qui proscrit les signes religieux dans l’école de la République ? Des signes religieux forcément imposés par les parents – quel gamin est réellement libre de sa pensée ? Qui veut d’un tire-au-flanc comme Corbière qui vivait jusqu’à il y a peu de temps dans une HLM, occupant ainsi une place qui pourrait avoir été attribuée à quelqu’un qui en a plus besoin ? Qui veut d’une Clémentine Autain dont la priorité en tant que députée aura été de demander que l’Assemblée nationale dispose… d’une garderie d’enfants ?
Notre gauche est malade, à tel point que lorsque le député Ruffin, qui est certainement le seul homme de gauche lucide qui ne donne pas dans la langue de bois (et dont nos saluons le travail en tant que fondateur et rédacteur en chef du journal Fakir), explique que la France insoumise n’est pas prête à gouverner parce que c’est un mouvement encore trop récent et encore peu organisé, il se fait fustiger par ses petits camarades – « C’est un garçon modeste qui n’est pas dans la volonté tout le temps (…) c’est ce qui fait sa marque : c’est un gentil garçon« , a lancé Corbière.
Du côté de « la gauche la moins à gauche », on se demande où sont passés les neurones. Rien que le nom du mouvement de Benoît Hamon nous donne envie de rire aux éclats « Génération.s » ! Oui, c’est bien ça : génération point « s » (non, pas la chaîne de garagistes !). Parce que « Générations » tout court, n’aurait pas été suffisant pour comprendre que c’est un mot décliné au pluriel et que le « s » est sans doute là pour rappeler le mot « socialiste » ? Après avoir donné dans le dégoulinant avec son slogan « le cœur de la France », durant la présidentielle, Hamon n’hésite pas à prendre les gens de gauche pour des gros naïfs qui auraient besoin d’un point (dans la figure ?) pour comprendre les choses.
Au PS, ça n’est pas plus brillant. Les egos se battent pour diriger ce parti moribond. Le Foll et sa crinière veulent le job histoire d’être en haut de l’affiche.Rachid Ternal le veut aussi très fort. Mais aussi Mathias Fekl, Carole Delga, Guillaume Bachelay, Boris Vallaud, ou encore Delphine Batho. Luc Carvounas, député socialiste de la 9ème circonscription du Val-de-Marne et ancien fidèle lieutenant de Manuel Valls à la belle époque, veut lui aussi le fauteuil.  Quant à Najat- Vallaud-Belkacem, qui a les dents si longues et qui se verrait bien un jour devenir la première Présidente, elle aurait aussi voulu  la place mais à deux conditions, selon Europe 1 « Celle d’obtenir la tête de liste lors des prochaines élections européennes, et que le poste de Premier secrétaire soit rémunéré et non plus « bénévole » ! 
En attendant que tous ces bêtas se mettent d’accord, la gauche se meurt. Car ne soyons pas naïfs, les politicards qui représentent actuellement la gauche ne sont pas beaucoup plus respectables que les autres. Ils aiment le pouvoir plus que tout. La lumière. Ils sont là parce que c’est leur « métier » et ont bien souvent oublié en cours de route leurs convictions – « conviquoi » ?
Mais, ce que ces politicards ne comprennent pas, c’est que les sympathisants de gauche sont en colère d’assister à cette débâcle et qu’ils voudraient se la réapproprier, cette gauche. Ce sont ces sympathisants eux-mêmes qui devront couper des têtes dans leur propre camp. Et ça en vaut la peine ! La gauche a le « devoir » d’exister pour propager un certain humanisme et éviter que la planète qui tousse déjà beaucoup ne redevienne qu’une « soupe primitive » imbuvable…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.