En Allemagne, Martin Schulz quitte la présidence du SPD

Il était arrivé comme un sauveur, un rival possible à la chancelière Angela Merkel. Après seulement un an, Martin Schulz quitte la présidence du Parti social-démocrate allemand (SPD), en crise, un « poste difficile » qui « ne procure pas que du plaisir », assure l’intéressé. Mardi, il a annoncé la tenue d’un congrès extraordinaire, le 22 avril, pour lui désigner un successeur. « Le SPD a besoin d’un renouveau en termes de personnes et de programme », a encore déclaré M. Schulz à la presse à Berlin.
Martin Schulz a déclaré qu’il part « sans amertume ». Markus Schreiber / AP
 Il était prévu qu’Andrea Nahles, actuelle présidente du groupe parlementaire du SPD au Bundestag, prenne dès mardi sa succession, d’abord par intérim, puis officiellement plus tard via une nomination lors du congrès. Mais plusieurs responsables et fédérations régionales du parti s’y sont opposés. Ils ont demandé qu’Andrea Nahles attende de se soumettre au vote du congrès pour occuper le poste suprême. Dans l’intervalle, c’est donc le maire de Hambourg, Olaf Scholz, également futur ministre désigné des finances, qui assurera l’intérim.
Pour Martin Schulz, cette fin « abrupte » est un nouveau coup dur. Il entendait passer le relais à la tête du parti afin de devenir ministre des affaires étrangères du futur gouvernement. Mais, il a dû renoncer au poste de chef de la diplomatie face aux critiques de sa base, qui lui reprochait de trop penser à sa carrière personnelle et de revenir sur une promesse faite en 2017, suite à une cuisante défaite aux élections législatives : celle qu’il ne ferait jamais partie d’un gouvernement sous la direction de la chancelière conservatrice.
Le Monde 14/02/2018

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.