La guerre des hypers ou la loi du plus fort : documentaire, mercredi 21 février à 20.50 sur France 5

On les appelle les Hypers…

Depuis le XXe Siècle ils règnent sans partage et sans pitié sur l’économie de marché… « C’est le principe de la grande distribution, une sorte d’arme de destruction massive ».
Clé de voûte de l’économie de marché, la grande distribution a engendré énormément d’argent depuis la création des hypermarchés. En France, les groupes Carrefour, Auchan et Casino ainsi que les coopératives Leclerc, Intermarché et Système U se font la guerre. Mais ce modèle s’essouffle : les modes de consommation changent, les magasins de ville redeviennent d’actualité. Et la concurrence des prix fait toujours rage.
Mais depuis peu, un nouvel empire mondial du commerce dicte sa loi … Amazon, chef de file du e-commerce, Google, le chinois Alibaba, lancent les hostilités de la guerre mondiale du commerce.  «On les appelle les barbares , ils veulent tuer les anciens dinosaures ». Comme les géants français ont tué les petits commerces dans les années 1960, ces mastodontes risquent d’être balayés à leur tour par des plus puissants, plus agressifs et plus innovants.

Dans les états-majors de Leclerc, Auchan, Carrefour et Casino, l’époque est plus que jamais à la mobilisation générale.  Une guerre de position. Et pas seulement au rayon boucherie. Sur tous les étalages, des couches-culottes aux pots de Nutella, et peut donner lieu à des scènes d’émeute… Une offensive sur les prix qui oppose les grandes enseignes d’hypermarchés prêtes à tout, même aux rabais les plus fous…Bref, c’est hyper tendu, le film vous raconte tout et plus encore, et à la fin on ne sait plus si avoir la carte de fidélité du magasin est un acte de bravoure ou de soumission.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Consumérisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.