Le chauffeur, le radar et l’ex

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité 
Le billet de Michel Schifres
L’Opinion 21/03/2018
Le radar automatique l’a mal pris. Mettez-vous à sa place : il est peu plaisant d’être l’objet d’un doigt d’honneur. Aussi l’automobiliste auteur de ce geste incongru à l’égard du terrible engin, risque la prison pour « outrage à une personne chargée d’une mission de service public ». Non que la justice juge qu’une machine soit une personne. Mais le parquet a considéré que le délit était constitué « par extension » : l’offense concernait aussi les fonctionnaires chargés de visualiser les images. Le chauffeur, lui, a plaidé la bonne foi dans une défense digne d’une comédie de boulevard : il se disputait avec sa compagne, celle-ci lui parlait de son ex à qui le doigt était donc destiné. En tout cas, on fera désormais très attention lors d’une prise de bec avec un feu rouge.
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Humour, Justice, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.