Economie et politique : quand la Chine inquiète l’Occident

Le Monde 06/03/2018

Quelque 3 000 délégués ont assisté lundi à Pékin à l’ouverture de l’Assemblée nationale populaire (ANP).

Le président chinois Xi Jinping arrive lundi devant la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire, qui devrait entériner le « mandat à vie ». JASON LEE / REUTERS
 En dix jours, le parlement chinois devra adopter une série d’amendements à la Constitution, dont l’un qui mettra fin à la limite de deux mandats pour le président de la République populaire. Une manière pour le leader actuel d’envisager une réélection à vie. Comme le rappelle Reuters, cette limite de deux mandats de cinq ans avait été instituée après la mort de Mao en 1976, afin de se prémunir des dangers du culte de la personnalité et d’éviter de laisser le pouvoir aux mains d’un seul homme. Cette décision du président Xi Jinping, chaleureusement applaudie par les délégués lundi, contribue à la défiance qu’il inspire désormais en Europe.
Quelques semaines après l’élection de l’imprévisible Donald Trump, Xi Jinping était apparu l’an dernier à Davos comme le possible futur « acteur responsable » du commerce mondial, ainsi que l’analyse le correspondant du New York Times à Bruxelles. Aujourd’hui, écrit le journal, « les dirigeants européens réalisent que M. Xi pourrait être davantage une menace pour la mondialisation que son grand défenseur ». Avec ses ambitions de diriger « à vie » le pays, il semble désormais « s’éloigner des valeurs des démocraties occidentales et de l’état de droit ».
Sur le plan économique, il pourrait même tenter de diviser l’Union européenne en investissant massivement en Europe centrale et dans les Balkans et en ciblant certains de ses principaux partenaires comme l’Allemagne. Alors que cette session de l’ANP est aussi l’occasion pour le gouvernement chinois de fixer ses objectifs économiques et commerciaux, les annonces faites lundi par le premier ministre Li Keqiang ne devraient pas rassurer les Occidentaux sur une possible guerre commerciale avec la Chine, estime le Wall Street Journal. D’après son correspondant à Pékin, le premier ministre a établi une longue liste d’objectifs à atteindre dans les secteurs industriels et technologiques, selon le plan « Made in China 2015 » supposé encourager la production de biens chinois. Or, cette stratégie constituerait une menace sur l’équité du commerce mondial en raison des subventions étatiques accordées aux entreprises nationales.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.