Italie: le triomphe des partis anti-migrants, la crainte des ONG

RFI – 06/03/2018 – Alessio Paduano / AFP

media Plus de 600 000 migrants en provenance du nord de l’Afrique ont rejoint les côtes italiennes ces 4 dernières années.

La très forte pression migratoire que connaît l’Italie explique, en partie du moins, la victoire des partis populistes aux élections d’hier. C’est ce que soutient le président français Emmanuel Macron. Les forces anti-système, eurosceptiques et d’extrême droite ont effectué une percée historique aux législatives italiennes : le Mouvement 5 Etoiles (M5S) est devenu le premier parti avec plus de 31% des voix, tandis que la coalition formée par Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Ligue de Matteo Salvini obtiendrait elle 37%. Ce résultat inquiète les ONG qui viennent en aide aux migrants en Méditerranée.
Le triomphe des partis europhobes et xénophobes en Italie inquiète les ONG qui gèrent sur le terrain la crise des migrants. Comment ces choix électoraux vont-ils se traduire pour ceux qui tentent de venir en aide aux étrangers qui rejoignent clandestinement l’Italie. L’Italie, jusque-là très seule dans la tempête migratoire, va-t-elle opter pour un arrêt des opérations de sauvetage en mer dans lesquelles elle est très impliquée ?
« Nous redoutons le fait que cela n’empire la situation sur zone et que le gouvernement italien soit moins enclin à laisser ou à aider aux opérations de sauvetage. C’est une évidence. C’est d’autant plus regrettable qu’il y a, non seulement le sauvetage que nous faisons, nous, mais les Italiens prennent une grande part au sauvetage. La garde-côte italienne – les navires de guerre italiens -, en sont une partie importante», s’alarme Francis Vallat, président de SOS Méditerranée France
« Stop à l’invasion »
Une chose est sûre, l’extrême droite est désormais en mesure de peser sur les négociations dans ce dossier. Le slogan « Stop à l’invasion » du grand vainqueur des élections, Matteo Salvini, leader de la Ligue, ne laisse guère de doutes sur ses intentions. Les premières répercussions pourraient donc être financières. Comme l’explique Francis Vallat qui craint qu’ « il y ait moins de moyens sur zone pour assurer ces sauvetages. C’est sûr que pour nous, ça semble ne pas être une bonne nouvelle. En même temps, je crois que c’est important de dire que ce n’est pas une surprise, parce que l’Europe est gravement coupable du résultat italien, tel qu’on peut le lire. L’Italie a vu une montée du populisme et de l’anti-européanisme, parce que malgré tous ces appels à la solidarité des pays d’Europe, les pays concernés ont grosso modo fait la sourde oreille ».

Le Canard Enchaîné – 07/03/2018 – Extrait de l’édito de Erik Emptaz –
Il n’est pas loin le temps où Macron, pas encore Jupiter félicitait chaleureusement Matteo Renzi d’être « en marche » lui aussi. C’était en mai dernier.
Après avoir constaté en Allemagne les dégâts électoraux subis par Merkel, dont il pensait, juste avant, qu’elle avait « sauvé l’honneur de l’Europe sur les migrants« , Macron a promptement changé de position sur l’immigration avec les rudes lois Collomb. En voyant ce qui vient d’arriver à Renzi, que l’Europe en général, et la France en particulier, n’a pas aidé un seul instant en le laissant seul en première ligne dans la crise de migrants, cela risque de ne pas s’arranger…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Afrique, Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.