Cours d’eau et pesticides : les poissons boivent la tasse !

Le Canard enchaîné – 14/03/2018 – Conflit de Canard –
Carte des principaux fleuves et rivières de France
En prenant ses fonctions rue de Grenelle, Nicolas Hulot a trouvé un grosse arête dans ses dossiers. Un arrêté sur l’épandage des pesticides pondu à la hâte, quatre jours avant le second tour de la présidentielle. Censé mieux protéger les cours d’eau mais mal fagoté, il s’est transformé en permis de polluer. Çà la fish mal !
Depuis, les ONG écolos et les fédérations de pêche sont vent debout. France Nature Environnement (FNE) s’est fendu d’une lettre à Nicolas Hulot pour lui demander de réécrire l’arrêté. L’association attend toujours sa répons. Pourtant ça urge. Dans 92 % des cours d’eau flottent des résidus de pesticides, et pour plus de la moitié d’entre-eux au-delà du seuil fixé par Bruxelles.
Retour en arrière : en 2006, le gouvernement avait interdit aux agriculteurs de pulvériser à moins de 5 mètres d’un point d’eau. Insupportable pour l’association des producteurs de pommes et de poires, qui avait attaqué en justice l’arrêté. Lequel est tombé à la baille à l’été 2016. Rappelons que les pomiculteurs sont les champions de la vaporisation chimique: jusqu’à 35 traitements par an dans les vergers, deux fois plus que sur les vignes. Le gouvernement a donc sorti dare-dare un nouvel arrêté, en 2017. Mais, alors qu’auparavant tous les étangs, fossés, rivières, mares figurant sur les cartes IGN ultra précises étaient automatiquement protégés, chaque préfet décide désormais lui-même, dans son département, quels sont les points d’eau à sauvegarder.
 Pulvérisation sur un champ de pommiers au printemps
Beaucoup ont cédé aux pressions des agriculteurs, s’insurge la FNE, qui a intenté des recours contre une quarantaine de décisions préfectorales. Le préfet de Loir-et-Cher, par exemple, a jugé bon de ne plus protéger que des plans d’eau supérieurs à 1 hectare. Dans le Tarn-et-Garonne, c’est seulement à partir de 10 hectares. Ainsi, 30 % des points d’eau autrefois épargnés par les pulvérisations ne le sont plus ! Dans le Maine-et-Loire, 1 500 kilomètres de cours d’eau sur 9 000 ont perdu leur bande protection de 5 mètres, comme le relève le dernier numéro de « Que Choisir ».
Hulot va-t-il encore longtemps rester muet comme une carpe ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.