Russie – Vers la réélection de Poutine dans un climat de guerre froide

Sanctions venues de Washington, condamnation groupée dans l’affaire de l’agent double empoisonné à Londres : la Russie est au cœur des tensions avec l’Europe et les Etats-Unis. Pourtant, l’issue de l’élection présidentielle de dimanche ne fait aucun doute. Vladimir Poutine devrait être reconduit, faute d’adversaire, et seul le taux de participation devrait donner une indication sur sa popularité. Mais, alors qu’il a déjà passé 18 ans aux commandes du pays, des hypothèses commencent à émerger pour envisager l’après-Poutine, lorsqu’en 2024 le président aura, une nouvelle fois, atteint la limite de ses deux mandats de six ans.
Selon le correspondant de Reuters à Moscou, l’intéressé sera alors face à trois choix : suivre l’exemple de son homologue qui vient d’obtenir un mandat à vie ; remettre les clés du pouvoir à un homme de paille puis reprendre ensuite la main ainsi qu’il l’avait fait en 2008 avec Dimitri Medvedev – il aurait alors 77 ans – ; ou renoncer au Kremlin. Pour l’heure, la vie politique russe sans M. Poutine semble une fiction, admet l’agence de presse. Mais au-delà d’une unité de façade, l’entourage présidentiel est divisé sur les sujets économiques et sécuritaires ; ou en raison de conflits personnels.
A la veille de cette réélection aisée, le quotidien The Guardian s’interroge aussi sur les raisons qui auraient poussé le pouvoir russe à s’en prendre à un ancien espion sur le sol britannique. Il y voit en premier lieu des raisons électorales. Pour sortir l’électorat russe de son apathie et obtenir une participation décente, Moscou pourrait vouloir jouer sur la fibre nationaliste et, grâce à l’affaire Skripal, dénoncer un « complot venu de l’Ouest ». En outre, explique le journal britannique, la tentative d’assassinat de l’agent double envoie un message à tous ceux qui envisageraient de collaborer avec les services occidentaux, y compris dans l’affaire des interférences prêtées aux Russes dans la campagne présidentielle américaine.
Dans ce contexte renouvelé de guerre froide, M. Poutine a donné un autre signal aux Etats-Unis. Selon le Moscow times, le président russe affirme dans un documentaire diffusé jeudi qu’il entend envoyer une mission sur Mars et sur la Lune dès 2019, soit avant le lancement sur la Planète rouge de la fusée promise par Elon Musk, le propriétaire de SpaceX, et alors que Donald Trump a annoncé en décembre vouloir renvoyer des astronautes sur la Lune et ensuite sur Mars.
Le Monde 16 mars 2018

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.