Interdit d’y mourir

Le billet de Michel Schifres
En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité 
L’Opinion 12 Mars 2018
Parfois le monde laisse pantois. Ainsi la ville de Longyearbyen en Norvège, tout près du pôle Nord, qu’évoque le site Slate. Depuis 1950, il est interdit d’y mourir. D’ailleurs cette cité de plus de deux mille habitants ne possède aucune maison de retraite et n’a pas de service de gériatrie. Qu’on soit en fin de vie et on est vite expédié à Oslo, la capitale. La raison de cet oukase est climatique : il fait si froid que le sol, toujours gelé, ne permet pas la décomposition des cadavres. Du coup, enterrés, ceux-ci se conserveraient, germes compris. Ainsi on a retrouvé des traces d’un virus grippal de 1917 qui a survécu dans les corps congelés ! D’où cette angoissante question : le réchauffement climatique, s’il se confirme, sera-t-il un bien ou un mal pour Longyearbyen ?
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Humour, Nature, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.