Carte de presse : mieux que la carte de cheminot

Charlie Hebdo – 21/03/2018 –
Ces derniers temps, après les retraités, les boucs émissaires à la mode sont les cheminots. Toutes les semaines on lit dans la presse et on entend sur les ondes des horreurs à leur sujet. Billets gratuits, âge de la retraite, tout est prétexte pour les montrer du doigt à la populace, toujours prête à brandir des têtes au bout d’une pique.
Ce qui est un peu agaçant, c’est lorsque ce dénigrement systématique est tenu par certains journalistes qui se délectent à vociférer conter cette profession. C’est injuste, non seulement socialement, mais aussi pour une autre raison : les cheminots, eux, n’ont pas la possibilité, en retour, de dénoncer les privilèges des journalistes. Car ils existent. L’article 81 du Code général des impôts octroie à tous les journalistes, quelles que soit leurs tâches ou leurs fonctions, un abattement de 7 650 euros sur leurs revenus imposables.
Du pigiste au journaliste télé vedette au salaire mirifique, tous en profitent. Son origine remonterait aux années 1930, et il fut appliqué pour soulager des métiers où les frais professionnels étaient peu ou pas remboursés. A l’époque, les journalistes bénéficiaient d’un abattement de 30 % sur leurs revenus. C’est seulement en 1988 que celui-ci a été transformé en une somme forfaitaire, identique pour tous les journalistes.
On rétorquera que cette somme de 7 650 euros est une forme d’aide à la presse, car ce que le journaliste paye d’impôts en moins, c’est autant d’augmentation de salaire qu’il ne réclamera pas à son patron, dans un secteur où tout le monde tire la langue. C’est peut-être vrai. Mais pourquoi certains journalistes qui sont capables de comprendre quand on parle de leur situation difficile deviennent-ils sourds quand il s’agit de celle des cheminots ? La profession de journaliste serait donc la seule qui aurait des difficultés et serait la seule à mériter d’âtre aidée ? 
Il y a des gens qui croient que les cheminots bénéficient toujours de la prime charbon, alors qu’elle a été supprimée en 1974. Il y a des gens qui croient que les journalistes quand ils prétendent que le métier de cheminot est plus facile aujourd’hui qu’en 1930. Les locomotives à vapeur ont disparu, la prime charbon a disparu. Mais l’abattement fiscal pour les journalistes, créé à la même époque que la « Bête humaine », est toujours là.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.