Education – L’âge de la scolarité obligatoire bientôt abaissé à 3 ans ?

Le Monde 27/03/2018

Les assises de la maternelle se tiennent mardi et mercredi à Paris, avec pour objectif de « penser la maternelle de demain ». MARTIN BUREAU / AFP
L’annonce devrait être faite par le président de la République ce mardi, lors de l’inauguration des assises de la maternelle convoquées, à Paris, par son ministre de l’éducation : l’âge de la scolarité obligatoire serait abaissé à 3 ans, quand il ne débutait qu’à 6 ans – c’est-à-dire à l’entrée au CP – jusqu’à présent. « Geste symbolique », réagissaient déjà certains commentateurs du petit monde scolaire, lundi soir, quand l’information a commencé à fuiter, en s’appuyant sur une statistique : 97 % des enfants sont d’ores et déjà scolarisés en maternelle à 3 ans. Il n’empêche, quelque 20 000 ne le sont pas. Derrière ce ratio national se cachent, par ailleurs, de vraies disparités territoriales. La proportion d’enfants accueillis en maternelle outre-mer atteint difficilement 70 %, contre 87 % en Corse, ou 93 % à Paris.

Abaisser à 3 ans l’âge obligatoire de l’entrée à l’école, c’est aussi reconnaître l’importance décisive des premières années de vie pour les apprentissages. Cette idée portée notamment par les recherches en sciences cognitives – chères au ministre Blanquer – que beaucoup se joue avant 6 ans. Quoi précisément ? Pour répondre à cette question sont convoquées, mardi et mercredi, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM, Paris 3e) des assises de la maternelle, avec l’objectif affiché de « penser la maternelle de demain ». Un « demain » relativement proche : c’est à l’horizon 2019 que les modifications devraient entrer en vigueur, de source bien informée. « Moi président, je ferai de l’école maternelle l’école du langage », avait glissé Jean-Michel Blanquer, invité de l’émission politique d’Olivier de Lagarde sur France Info, le 15 novembre 2016, alors qu’il dirigeait encore l’Essec. Devenu l’un des personnages clés du gouvernement d’Edouard Philippe, le ministre de l’éducation n’a pas perdu de temps, donnant à la communauté éducative le sentiment que la partition est déjà en partie écrite.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Education, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.