La déroute du camembert

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité 
Le billet de Michel Schifres
L’Opinion 18 Mars 2018
Que faire ? Se cacher pour que personne ne voit nos larmes nées de ce patrimoine humilié ? Ou, au contraire, jouer le coup du mépris devant cette fabrication n’utilisant pas du lait cru et n’étant pas moulée à la louche ? L’orgueil national en a pourtant pris un coup : au championnat du monde des fromages où 3 400 d’entre eux participaient, c’est un Québécois qui a été sacré le meilleur camembert. Et ce devant deux Français. Autant dire, sans marquer le moindre chauvinisme, que le jury manquait de goût. Dans la pâte molle et la croute fleurie, nous sommes insurpassables. Evidemment et heureusement, nous avons pris notre revanche, nous ne sommes pas du genre à se laisser abattre : le champion du monde toute catégorie est un fromage français au lait de brebis. Non mais …
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Humour, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.