L’art d’être libre dans un monde absurde, selon Tom Hodgkinson

Anne et Arnaud – 10/06/2017 – Arnaud Labory –
 tom-hodgkinson-les-liens-qui-liberent
Les éditions Les Liens qui Libèrent publient le livre de Tom Hodgkinson L’art d’être libre dans un monde absurde un véritable phénomène en Angleterre avec plus de 60 000 exemplaires vendus et des traductions dans 17 pays.
Profondément joyeux, ce livre salvateur nous appelle a redevenir des esprits autonomes et à reconquérir une liberté totale.
Voulez-vous vraiment voir gravé sur votre tombe : « Il a trimé toute sa vie » ?
Tom Hodgkinson a 23 ans lorsque, hébété par l’ennui que suscite en lui son travail de journaliste, il démissionne et décide de s’atteler à la création de la revue The Idler («Le Paresseux») dédiée au « jeu, à la liberté et à l’épanouissement », qui sera suivi de la création de son espace dédié, l’Académie de l’oisiveté.
C’est dans cette même dynamique que Tom Hodgkinson rédige son ouvrage L’art d’être libre dans un monde absurde. Face à l’anxiété, le travail, mais aussi les clubs de gym, les factures, la compétition, les dettes et les gouvernements il propose un dénouement heureux. Il invite ses lecteurs à préférer à la compétition féroce entre les travailleurs l’appel simple de la vocation ; aux antidépresseurs, la mélancolie ; à l’anxiété que ressent face à un écran l’observateur passif, l’imagination. Il nous enjoint à dégager notre espace mental, colonisé par le travail, l’anxiété et les désirs, pour le combler de nos passions, de joie, de créativité, de liberté…
Incontestablement d’influence anarchiste, le livre s’appuie également sur le médiévalisme et l’existentialisme, et déterre une solide tradition intellectuelle qui rejette la primauté de l’argent, de la propriété et du business.
Ce livre est un manifeste de résistance au monde contemporain.
Dans ce livre, je cherche à identifier les obstacles à notre liberté et à analyser comment nous pouvons nous libérer de l’anxiété, de la peur, des prêts immobiliers, de l’argent, du sentiment de culpabilité, de l’endettement, des gouvernements, de l’ennui, des supermarchés, des factures, de la mélancolie, de la douleur, de la dépression et du gaspillage. Nous avons délibérément donné à ces ennemis tout pouvoir sur nous.
Nous sommes donc les seuls capables de nous en débarrasser. Il est inutile de rester assis à gémir et de compter sur quelqu’un d’autre pour nous tirer d’affaire à notre place. Mais lorsque vous vous apercevrez que ces entraves sont forgées de toutes pièces par votre propre esprit, alors vlan! voilà que s’ouvrira en grand la porte du jardin de la liberté.
Sorti le 20/07/2017 – Éditions Les liens qui libèrent – broché 22 €
L’art d’être libre est un véritable manifeste de résistance au monde contemporain. Dénigrant aussi bien les joies factices de la consommation que l’ennui qui s’est abattu sur le monde à la suite de décennies de recherche exclusive du profit, ce livre profondément joyeux nous appelle à redevenir des esprits autonomes, et enfin libres… Si vous aussi vous pensez que la vie moderne est absurde et contraignante, que vous avez remarqué que la compétition a remplacé la coopération ou que la fraternité a fait place à la convoitise… alors ce livre est fait pour vous et va très probablement changer votre vie !
Mort aux Supermarchés
Faites votre Pain
Jouez de l’Ukulélé
Ouvrez la Salle des fêtes du Village
Toute Action est Futile
Cessez de Gémir
Faites de la Musique
Arrêtez de Consommer
Mettez-vous à Produire
Retournez à la Terre
Bannissez l’Usure
Embrassez la Beauté
Embrassez la Pauvreté
Brandissez le Burin
Ignorez l’État
La Réforme est futile
Vive l’Anarchie
Brandissez la Pelle
Brandissez le Cheval
Brandissez le Rouet
Aimez votre Voisin
Soyez Créatifs
Libérez votre Esprit
Labourez la Terre
Faites du Compost
La Vie est Absurde
Nous sommes Libres
Soyez Joyeux.

Morceaux choisis :
Trouvez votre talent
« Vous avez un don, disait l’artiste Joe Rush, et s’il se trouve quelqu’un pour en être jaloux, c’est qu’il n ‘a pas encore trouvé le sien » Et comment trouver votre vocation, votre don ? La réponse est de ne rien faire, le plus longtemps possible. Tout comme les jardiniers avisés conseillent de ne rien faire dans un nouveau jardin pendant une année afin de voir ce qui pousse spontanément. Et alors seulement, vous pourrez mettre en place votre unique et magnifique jardin. Prenez quelques mois, voire une année… Mais surtout, cesser de vous échiner. La carrière est basée sur l’effort. Les esprits libres, eux, ont cessé de faire des efforts et ont laissé les choses venir…
Aimez les gens
« En tant qu’anarchiste oisif, j’aime les gens, quelle que soit leur classe, qui luttent pour être libres. J’aime les aristocrates, la classe défavorisée et les « bourgeois bohèmes » dont je fais partie. J’aime les criminels et les drogués. Si vous voulez rejoindre les élus, les colorés, les créatifs, c’est très facile : créez votre propre vie. Ne vous sentez pas obligé de faire quoi que ce soit. Vous jouissez d’une volonté libre. Exercez là. »
Halte à la compétition
« Le système d’esclavage salarié à temps plein est à l’opposé des idées d’aide mutuelle, ne serait-ce que par le temps qu’il exige. Lorsque nous rentrons du travail, la dernière chose que nous voulons faire est d’aller à une réunion de la salle des fêtes ou de nourrir le chien du voisin. La compétition est le credo de l’esclave. Être compétitif est un signe de soumission, car cela signifie que nous accomplissons les désirs du maître. Revenons à la coopération, au bon voisinage, aux fêtes qui durent deux semaines et au don. »
Brisez les chaînes de la peur 
« Arrachez le tableau de contrôle et jetez-le par la fenêtre. Il nous faut sortir, là-dehors, donner de la voix, sourire joyeusement en faisant des signes aux gens. Dites au revoir au frisson de la peur, à la sensation de la nuit du dimanche au lundi, au trac avant une réunion, à la boule au ventre à la vue d’une lettre du service des impôts. N’en ayez pas peur ! Elles sont envoyées par des petits lapins apeurés, assis dans des bureaux qui sentent le renfermé, regardant fixement par la fenêtre, perdus dans leurs rêveries sexuelles, craignant de perdre leur emploi. Ils n’existent pas ! »
Nous somme sen réalité tous libres. La question est juste savoir si nous comptons exercer cette liberté. C’est à nous de choisir. Je suis simplement là pour vous rappeler que vous pouvez être libre si vous le désirez, vérité simple qui est plus ou moins occultée. On nous dit que nous sommes des esclaves et nous l’acceptons parce que nous ne voulons pas faire d’efforts  pour être libre. A la place, nous plongeons dans l’esclavage du travail et du shopping. Vraiment, nos chaînes sont forgées par notre esprit.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Développement personnel, Résistance, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.