Idée éclairante / Le statut du statu quo

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité 
Le billet de Michel Schifres
L’Opinion 29 Mars 2018
En 68 le mois de mai réclamait l’imagination au pouvoir. Cinquante ans après, c’est fait. Il faut en effet saluer la créativité des organisations syndicales, notamment la CGT, qu’elles manifestent ces temps-ci. Les cheminots ont inventé la grève-gruyère (deux jours avec, trois jours sans). Les électriciens, eux, penchent pour un mouvement Robin des Bois. La CGT Mines Energies appelle aussi à une grève de trois mois. Mais elle ciblera son action : elle visera surtout les entreprises qui licencient ou qui ont une attitude très antisyndicale. Que l’industriel ne plaise pas et hop plus de courant. Qu’il soit « gentil » et la lumière sera. C’est une idée à retenir et à généraliser. Pourquoi, par exemple, ne plus payer ses impôts à l’Etat et les redistribuer aux plus pauvres ?
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

Le statut du statu quo
L’Opinion 03 Avril 2018
Faut-il être sot pour ne pas voir la chance que nous avons ! Celle d’avoir une CGT désireuse de ne rien changer. Que la SNCF ait une dette énorme, que les trains n’aient ni régularité, ni ponctualité, que la qualité ferroviaire ne soit plus ce qu’elle était, ne l’émeut guère. Tout plutôt que le changement. Au fond, son statut préféré, c’est le statu quo. Il est heureux que cette attitude si responsable ne soit pas que l’apanage des cheminots. La jeunesse « en lutte » a la même clairvoyance. Elle se bat, dit-elle, contre toute forme de sélection et donc, elle souhaite que chacun puisse s’engouffrer à l’université quitte à en partir au bout d’un an, sans emploi. Pas de raison, assurément, que le principe de « l’égalité des chances » ne soit pas appliqué aussi au chômage.
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Humour, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.