Les dents, c’est pour les riches

Siné Mensuel – mars 2018 – Etienne Liebig –
La parodontie est une maladie des gencives qui, à terme, fait tomber les dents. Mais la sécurité sociale ne rembourse pas ces soins. C’était peut-être ce qu’avait Hollande à l’esprit quand il parlait des « sans-dent » pour évoquer les pauvres.
Sabrina est une jeune femme de 40 ans, pleine d’énergie, de projets et d’envie de profiter de la vie avec ses deux enfants qu’elle élève seule au cœur d’une ville moyenne de province. Sabrina travaille à plein temps dans une librairie. toute la journée, elle a affaire au public, aux gamins, aux clients. En 2009, elle remarque deux de ses dents s’écartent l’une de l’autre de façon étrange, elle consulte, le dentiste la rassure… En 2011, la situation s’aggrave; elle a, de plus, un abcès des gencives. Elle consulte, le dentiste la rassure… En 2014, elle constate que ses dents se déchaussent et s’adresse à un spécialiste qui détecte une pathologie relativement courante : un parodontite.
Pour en être sûre et savoir quels soins elle peut envisager, Sabrina fait l’unique bilan parodontal non renouvelable que la Sécu autorise car, faut-il le préciser, en dépit d’une mutuelle professionnelle, la jeune femme commence à ramer financièrement pour payer la part hors convention et non remboursée de ses consultations de haut vol.
Le bilan est sans appel : Sabrina va perdre progressivement ses dents car la gencive et le palais se rétractent et n’assurent plus leurs rôles de maintien de la dentition. Précisons encore que cette pathologie bien connue est héréditaire et génétique et ne doit rien aux comportements personnels des gens qui en sont atteints. Les parodontistes et autres pros de la dentition (7 en trois ans) sont unanimes, elle n’a guère d’autre solution que de remplacer les dents qui vont tomber par des implants. 
Sabrina se fait une raison et décide de monter les dossiers sécu nécessaires à ces interventions successives, car en France, on ne change pas toutes les dents d’un coup mais on attend leur chute les unes derrière les autres pour intervenir, contrairement aux autres pays européens, ce qui multiplie les opérations. Et là, elle apprend, par retour de courrier, que cette pathologie n’est plus prise en charge (a l’exception du premier implant) par la Sécurité sociale. « N’est plus » car il fut un temps où, si l’on prouvait que sa dentition était essentielle à son activité professionnelle, Dame Sécu, dans sa mansuétude, considérait qu’il ne s’agissait pas de « soins de confort » mais bien de « soins nécessaires ». Inutile de préciser que les problèmes d’argent de Sabrina n’atteignent pas plus les dentistes et les parodontistes que la Sécu et la mutuelle. Personne ne fait montre d’empathie ou de compréhension et il faut à la jeune femme une sacrée dose de courage pour ne pas sombrer dans la dépression.
Coût estimé des frais dentaires dus à cette pathologie : Entre 40 000 et 50 000 euros pour 18 implants, c’est-à-dire entre quatre et cinq ans de salaire si l’on ajoute les frais annexes. Sabrina ira, après avoir trouvé les sommes auprès d’amis de la famille, d’emprunts à rembourser, en Espagne où une clinique propose la même intervention en une fois pour 20 000 euros. En toute innocence, Sabrina pensait pourtant que nous cotisions tous, salariés et patrons, à cette belle entreprise de solidarité nationale qu’est la Sécurité sociale, créé pour aider certains face aux accidents de la vie. Quelle est la tête d’œuf qui a supprimé la parodontie des pathologies remboursables ? Imagine-t-il que Sabrina va pouvoir continuer de bosser dans sa librairie totalement édentée ? Des fois, on aurait envie de lui faire sauter quelques molaires à celui-là !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Social, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.