Intervention – Début de l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

l’Opinion 09 Avril 2018
Les forces de l’ordre ont débuté une opération visant à évacuer la « zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes, toujours occupée.

Les faitsMalgré l’abandon du projet de construction d’un aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), des militants continuaient d’occuper la ZAD. Les forces de l’ordre ont procédé à l’évacuation lundi 9 avril à 6h du matin.
Les forces de l’ordre ont entamé, tôt dans la matinée du lundi 9 avril, leur opération visant à évacuer une partie de la « zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes, disent les occupants du site de l’ex-projet d’aéroport dans un communiqué de presse, confirmé par le ministère de l’Intérieur. Un correspondant de Reuters présent sur place a constaté que les entrées de la route départementale D281, dite « route des chicanes », était barrée par des gendarmes, qui empêchent les journalistes d’accéder à la ZAD.
L’évacuation des quelque 250 zadistes qui seraient encore présents sur le site a débuté à 6h. « Nous avons anticipé pour bloquer les accès et éviter les rassemblements violents qui pouvaient entraver l’arrivée des huissiers légalement chargés de l’évacuation », a-t-on dit de sources proche des forces de l’ordre. Pour tenir tête aux gendarmes, les zadistes avaient en effet appelé leurs soutiens à converger vers la ZAD « dès 4h du matin ».
Vocation agricole. Quelques 2 500 gendarmes et policiers, dont 25 escadrons de gendarmerie mobile, ont été mobilisés pour cette opération dont le Premier ministre, Édouard Philippe, a répété dimanche 8 avril dans une interview qu’elle interviendrait « dans les jours prochains ». « Les terrains doivent retrouver leur vocation agricole », a expliqué le chef du gouvernement au Parisien Dimanche. « Les occupants illégaux qui avaient un projet agricole ont été invités à se manifester, à s’insérer dans les procédures normales. Ceux qui se placent dans ce cadre auront leur place dans le respect des procédures légales. »
Près de trois mois après l’abandon du projet d’aéroport, aucun zadiste n’a accepté la proposition de la préfecture de dépôt de dossier agricole individuel, préférant une solution collective comparable à celle qui avait été mise en œuvre en 1984 sur le plateau du Larzac après l’abandon du projet d’extension du camp militaire. Leurs avocats ont fait savoir qu’ils allaient « introduire des recours pour faire constater l’illégalité des expulsions et condamner l’État pour voie de fait ». Deux manifestations de soutien à la ZAD sont par ailleurs prévues lundi 9 avril à 18h dans les centres-villes de Nantes et Rennes.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Justice, Police, Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.