Sommet des Amériques qui réunit 35 pays du continent.

Le Monde 12/04/2018
Un sommet des Amériques sans Donald Trump

La capitale péruvienne s’apprête à recevoir le sommet des Amériques, ce week-end. IVAN ALVARADO / REUTERS
Il était attendu de pied ferme à Lima puis en Colombie, vendredi et samedi, pour le sommet des Amériques qui réunit 35 pays du continent. Prétextant la crise en Syrie, Donald Trump a annulé sa visite et envoie pour le représenter son vice-président Mike Pence. Les sujets délicats pourtant ne manquent pas : accords commerciaux remis en cause, politique migratoire, situation politique et économique au Venezuela… Pour le journal péruvien El Comercio, cette absence sans précédent depuis la création de la rencontre en 1994 par Bill Clinton « montre une fois encore le manque d’intérêt du gouvernement américain pour l’Amérique latine ». Elle intervient alors que les relations entre les Etats-Unis et ses voisins du Sud n’ont jamais été aussi « froides », atteignant « un niveau de suspicion et de négligence inégalé », note la publication, qui évoque les propos de M. Trump à l’encontre des immigrés et sa volonté de construire un mur à la frontière mexicaine. Aussi d’autres, comme le président bolivien Evo Morales, se demandent si cela vaut la peine de faire le déplacement.
Le Washington Post affirme que certains dirigeants au contraire sont soulagés de ne pas avoir à traiter avec M. Trump, étant donné la tonalité du discours sur le commerce ou l’immigration. Qu’on ne s’occupe pas d’eux est plutôt bien vu par des responsables qui recherchent leurs propres alternatives. « D’une certaine manière, tout le bazar qu’il a mis dans les relations commerciales tourne à l’avantage de l’Amérique latine », estime en outre un ancien secrétaire au commerce américain dans le journal. Ainsi la décision chinoise d’augmenter les taxes sur le soja américain en représailles aux mesures des Etats-Unis devrait profiter à l’Argentine et au Brésil.
Sur le plan diplomatique, M. Pence devrait se retrouver avec les mêmes défis que M. Trump. Un des enjeux du sommet était de savoir si les dirigeants américain et cubain allaient se parler en tête-à-tête. La même interrogation demeure sur une rencontre Castro-Pence. Par ailleurs, le vice-président devrait promouvoir une réponse plus ferme contre ce que les Etats-Unis considèrent comme la montée d’une dictature au Venezuela, dont le dirigeant n’a pas été convié au sommet. Le journal péruvien La Republica rappelle par ailleurs l’un des objectifs initiaux de ce sommet : la lutte contre la corruption sur le continent. Un thème d’actualité alors que le président du pays Pedro Pablo Kuczynski, impliqué dans un scandale de cette nature ayant ses origines au Brésil, a quitté ses fonctions en mars

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.