Vaccins : Un ponte du sérail dénonce l’incohérence de la loi sur les vaccins.

Alternative santé N°56 – avril 2018 – l’Éditorial de Jean-Baptiste Talmont –
Vaccins : ce n’est pas nous qui le disons !
Connaissez-vous le Pr Didier Raoult ? Non, bah moi non plus, je l’avoue. Jusqu’à ce que l’on nous fasse parvenir à la rédaction un mail avec quelques passages de son prochain ouvrage. Le Pr Raoult est chercheur biologiste, professeur de microbiologie, infectiologue et il n’est autre que le patron d’un des plus grands centres français consacrés aux maladies infectieuses à Marseille (l’Urmite, l’Unité de recherche en maladies infectieuses et tropicales émergentes, pour être tout à fait précis). DIDIER RAOULT est le troisième microbiologiste le plus cité au monde. Et, en novembre 2010, il s’est vu remettre le grand prix de l’Inserm pour l’ensemble de sa carrière. Autant dire que ce n’est pas le genre à être pris pour un charlot dans le milieu et encore moins à avoir des problèmes avec le Conseil de l’Ordre des médecins.
La question virtuelle “pour ou contre les vaccins ?” n’a pas d’intérêt
Pourquoi parler du bon Pr Raoult ? Parce qu’en janvier 2018, il a publié un livre intitulé, La Vérité sur les vaccins (Michel Lafon). Et contre toute attente, bien qu’il ne soit pas du genre à contester l’importance cruciale des vaccins, il dézingue néanmoins la politique vaccinale actuelle qu’il qualifie poliment d’« incohérente, dépassée et inefficace », en affirmant que sur les vaccins, tout le monde s’est placé sur une position idéologique et non pratique, avec des énormités d’un côté comme de l’autre, notamment quand on affirme qu’il y a des vaccins sans aucune conséquence ni aucun danger, ce qu’il fustige. Rien que ça. Et il va plus loin. À la page 23, il se plaît à taquiner ses étudiants en leur demandant simplement s’ils sont pour ou contre les vaccins. Bien sûr, ils répondent qu’ils sont pour. Ben alors ? C’est quoi cette drôle de question du professeur ? Attendez un peu sa réponse : « On ne doit pas répondre à une question idiote. La vraie question, c’est : “Êtes-vous pour tel vaccin, administré dans telles conditions, à telle population et à tel moment.” Seule cette interrogation est scientifique. La question virtuelle “pour ou contre les vaccins ?” n’a pas d’intérêt. Elle est un bégaiement des questionnements du xixe siècle. »
Et pour être on ne peut plus clair, le Pr Raoult affirme que « les obligations sont par nature totalitaires ». On ne doute pas une seconde que les étudiants ont dû retenir leur mâchoire tant ils ont dû être étonnés. Quant à nous, on ne peut qu’abonder dans le sens de cette affirmation. Oui, les obligations sont par nature totalitaires. Et pour réconcilier les parties en vigueur (les « pro », les « anti », les « au milieu ») le Pr Raoult précise que « la tolérance marche avec la connaissance. Il faut laisser les gens choisir après leur avoir donné une information fiable et actualisée sur les vaccins […]. Le vaccin contre le méningocoque, par exemple, n’est pas à recommander à tout le monde. Dans moins de 1 % des cas, le virus provoque septicémies ou méningites, et la vaccination n’est pas anodine. Son rapport bénéfice/risque est donc faible. » Fichtre, on n’en demandait pas tant de la part d’un ponte. De quoi désinfantiliser les pseudo-complotistes, comme nous nomme notre ministre de la Santé Agnès Buzyn.
En savoir plus : La vérité sur les vaccins, du Professeur Didier Raoult et de Olivia Recasens
de Didier Raoult, Olivia Recasens / chez M. Lafon / 221 p. / 17,95 €

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.