Le choix, ce tourment

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité 
Le billet de Michel Schifres
L’Opinion 12/04/2018
Il est des jours où la situation est proprement intenable, ceux où l’humanité est confrontée à un de ses pires tourments : l’obligation de choisir. Ainsi, ce jeudi, fallait-il regarder Emmanuel Macron ou lire Laeticia Hallyday ? Opter pour la ruralité en suivant le chef à Berd’huis ? Ou témoigner de la mondialisation en découvrant les confidences de l’exilée de Los Angeles ? Toute notre vie est scandée par l’obligation de marquer des préférences. Fromage ou dessert, slip ou caleçon, sont parmi les plus courantes. D’autres, plus locales, sont tout autant angoissantes. En voiture, le Parisien se demandera toujours s’il vaut mieux prendre la place de l’Etoile par l’extérieur ou par l’intérieur. Certes, on peut toujours hésiter. Le drame est qu’hésiter est aussi un choix !
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Humour, Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.