Syrie – Moscou et Damas, accusés d’entraver l’enquête à Douma

Le Monde 17/04/2018

Des véhicules des Nations Unies transportent une équipe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à Damas, quelques heures après les frappes occidentales contre le régime  syrien, le 14 avril 2018. Bassem Mroue / AP
La Russie et la Syrie ont-elles cherché à « maquiller » l’attaque chimique à Douma, qui a fait 40 morts et des centaines de blessés ? C’est ce que soupçonnent les Etats-Unis, après que les enquêteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont été empêchés d’accéder au site, lundi.
A en croire le représentant américain auprès de l’OIAC, Kenneth Ward, Moscou pourrait être intervenu sur le terrain afin d’y supprimer des éléments de preuve avant la venue des inspecteurs. « Ces soupçons de maquillage font de plus en plus craindre que la vérité au sujet de l’attaque du 7 avril ne soit jamais découverte » redoute Liz Sly, cheffe du bureau du Washington Post à Beyrouth (Liban). La journaliste rapporte d’ailleurs que les médias pro-gouvernementaux syriens diffusent actuellement des témoignages de docteurs de la région de Douma qui nient l’attaque et affirment que les victimes qu’ils ont traitées souffrent de simples problèmes d’asthme.
« Je peux assurer que la Russie n’a pas touché au site », a de son côté démenti lundi soir le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov dans une interview à la chaîne britannique BBC. Quelques heures plus tard, Moscou annonçait que les experts de l’OIAC pourraient finalement se rendre à Douma mercredi. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a nié toute mauvaise volonté et attribué le retard de l’enquête à des « problèmes de sécurité », liés aux frappes occidentales contre des sites d’armes chimiques, samedi
Les soupçons d’entraves de la Russie et de la Syrie aux inspecteurs de l’OIAC viennent également relancer les interrogations de la presse internationale sur l’impact réel de l’action occidentale en Syrie. « Bachar Al-Assad a reçu une tape sur les doigts. Mais les Occidentaux ne lui ont pas cassé le bras », estime le quotidien libanais L’Orient Le Jour. « L’absence de stratégie claire de Donald Trump en Syrie et son désintérêt croissant du conflit, qui pourrait le mener à un retrait prochain des troupes américaines du pays, ainsi que l’aspect limité des frappes récentes, contribuent à faire gagner du temps au gouvernement syrien, en pleine reconquête territoriale. » D’autant plus « qu’en se limitant aux armes chimiques, c’est comme si les Occidentaux lui donnaient une permission implicite de tuer par tous les autres moyens » conclut le quotidien de Beyrouth.
En partenariat avec Réveil Courrier. Chaque matin à 7 heures, le meilleur de la presse étrangère par Courrier International.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Défense, International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.