Le chêne qu’on offre

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité 
Le billet de Michel Schifres
 L’Opinion 22/3/04/2018
Pour la visite au Donald, nous les Français, nous ne lésinons pas sur les symboles. Comme cadeau, notre chef apportera à son homologue américain une bouture de chêne, arbre résistant qui vit facilement cinq cents ans. Cette branche témoignera donc de la solidité de l’alliance et de l’amitié indéfectibles entre les deux pays. Mais cela ne saurait suffire : aussi la brindille viendra d’une région de la France, l’Aisne, où, en 1918, les Américains livrèrent bataille aux Allemands. Il faudrait être obtus pour ne pas voir un signe supplémentaire dans ce choix. Et grossier pour oublier qu’un prédécesseur de Macron, Saint Louis, rendait la justice sous un chêne. Question réminiscence, on s’arrêtera là : il serait malvenu d’évoquer les fruits de cet arbre légendaire, les glands.
Michel Schifres mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Humour, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.