Une fracture démocratique

OUEST-France 23/04/2018
France et États-Unis, fracture démocratique
Deux Présidents, deux tempéraments, deux visions du monde se confrontent cette semaine à Washington.

 Paris, France, July 13, 2017. REUTERS/Kevin Lamarque

Donald Trump serrant la main d’Emmanuel Macron, à Paris, le 13 juillet 2017. | KEVIN LAMARQUE / REUTERS
La rencontre entre Emmanuel Macron et Donald Trump, à partir de ce lundi 23 avril 2018, aux États-Unis, révèle la fissure qui divise non seulement la planète géopolitique, mais les démocraties en leur sein même.
Simplifions : d’un côté, les héritiers revendiqués des Lumières et des révolutions républicaines qui peinent à défendre leurs valeurs de liberté et d’universalisme ; de l’autre, les néopopulistes qui ravivent les nationalismes, prônent l’autoritarisme et le repli sur soi. Si on voulait un instantané du nouveau désordre mondial, une photo des d’Emmanuel Macron et Donald Trump se serrant la main ferait l’affaire.
Le premier est un enfant de la France notable et éclairée, amateur d’art et de philosophie, proeuropéen convaincu, gaulliste dans sa vision de l’État-nation, mondialiste dans sa conception de l’économie. Le second est un fils à papa milliardaire, nostalgique de l’Amérique du chacun pour soi – « mon ranch, mon cheval, mon fusil » – qui admire les hommes forts (Poutine, Erdogan, Xi Jinping), méprise les contre-pouvoirs, exècre le multilatéralisme, les vieilles alliances et les grands accords commerciaux.
Les deux hommes ont pourtant des points communs : tous deux, issus du monde des affaires, sont relativement nouveaux en politique ; tous deux ont bouleversé le système des partis et conquis la présidence par surprise, et ils adorent les échanges virils. Mais surtout, ces deux-là ont absolument besoin l’un de l’autre.
La parole de l’Europe à la Maison-Blanche
Malgré son attachement à America First, Trump ne peut se passer d’alliés et surtout pas du jeune Français qui peut lui concilier les capitales occidentales. Macron, lui, a besoin de l’appui politique et militaire de l’Américain, partenaire bien paradoxal mais indispensable pour affirmer les valeurs démocratiques dans le monde.
Les deux Présidents ont ainsi frappé de concert en Syrie, sans mandat de l’Onu mais au nomde la convention internationale interdisant les armes chimiques. Face à la Russie, Trump a dû signer de nouvelles sanctions et se joindre aux Européens expulsant des diplomates russes. En matière de lutte contre le terrorisme, de renseignement, de coopération militaire, le partenariat franco-américain demeure incontestablement solide.
Le reste est plus délicat. Sur le climat, Trump a rejeté l’accord de Paris, Macron répond : Make our Planet Great Again ! L’accord nucléaire iranien ? Trump risque de bientôt le dénoncer, Macron en reconnaît les lacunes (notamment sur le programme balistique),mais veut le renforcer. Le commerce ? Les exemptions obtenues par les Européens sur les nouveaux droits de douane américains expirent le 1er mai ; Macron a prévenu : « On peut tout négocier avec un pays ami qui respecte les règles, rien avec un revolver sur la tempe. »
Au-delà des postures protocolaires et des sourires entre First Ladies, le Français doit donc chercher des compromis : flatter un peu, s’opposer parfois, ne jamais fermer la porte du dialogue. Theresa May désormais hors jeu, Angela Merkel affaiblie, Emmanuel Macron se sait investi d’une mission qui va bien au-delà de son propre mandat : c’est la parole européenne et démocratique qu’il va porter à la Maison-Blanche et devant le Congrès, comme si le vieux monde venait rappeler au nouveau la valeur de l’héritage commun.
À lui de convaincre, pour l’avenir de tous, que les intérêts partagés doivent impérativement l’emporter sur les dissensions.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.