Vivre tue

Charlie Hebdo – 23/04/2018- Antonio Fischetti –
Il n’y a rien de plus précieux qu’une vie humaine. Certes.
Alors, on est forcément obligé d’approuver la réduction de vitesse de 90 km/h à 80 km/h. Cela dit, il y a quand même une polémique, vu que le chiffre brandi de 400 vies sauvées est basé sur une simple formule mathématique, et que les expérimentations en situations réelles ne semblent pas aussi concluantes… Mais bon, on ne va pas chipoter. Et même, je dirai, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?
Des études très sérieuses ont prouvé qu’écouter de la musique en conduisant est un facteur de distraction qui augmente le risque d’accident. Par conséquent, il serait temps d’interdire la sonorisation dans les voitures. Il faudrait profiter de cette lancée sécuritaire pour aller plus loin. On oublie que la voiture tue bien moins que la maison : chaque année, « seulement » 3 500 morts sur la route, contre 20 000 par accidents domestiques. Vu que ces décès sont essentiellement dues à des chutes (près de 10 000 tués), on devrait s’empresser de limiter la hauteur des escaliers et d’interdire les balcons. Il faut aussi interdire aux particuliers de construire des piscines dans leurs jardins (1 000 noyades par an), et aux bouchers de vendre des lapins non désossés (plus de 3 000 morts par « fausse route »). Éradiquons sans tarder tout ce qui nuit à la vie : les pointes de vitesse sur les départementales, tout autant que les plongeons dans les piscines et les jeux d’enfants sur les terrasses…
A ce moment-là, le citoyen-enfant finira peut-être par se rebeller contre cette société mère-poule qui prend tellement soin de sa santé qu’elle finit parfois par l’empêcher de vivre.

Il est faux de relier systématiquement vitesse et mortalité (ligue des conducteurs)
Des études indépendantes montrent que la formule mathématique sur laquelle se base la Sécurité routière (1% de vitesse en moins = 4% de morts en moins) est fausse. Si elle était exacte, il suffirait d’ailleurs de réduire la vitesse de 25 km/h pour qu’il n’y ait plus aucun mort sur les routes de France…
La preuve : en 2012, la vitesse moyenne a augmenté en France. Et pourtant, le nombre de tués sur la route a diminué de presque 8%. C’était déjà le cas entre 1998 et 2002. Pour vraiment diminuer le nombre de morts, l’État ferait mieux d’entretenir le réseau routier – le facteur infrastructure est présent dans 40% des accidents mortels.
Les flashs des radars multipliés par quatre
La Ligue de Défense des Conducteurs a mené l’enquête sur les radars les plus lucratifs de France. Résultat : ceux qui flashent le plus sont majoritairement installés à des endroits où la vitesse a été abaissée. Lorsque la limitation de vitesse est abaissée au niveau d’un radar, la rentabilité de celui-ci est multipliée jusqu’à quatre fois. 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Loisirs Tourisme, Transport, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.