Arménie : la liesse après le départ du premier ministre

Le Monde 24/04/2018

(AP Photo/Dmitri Lovetsky)

 « Je quitte le poste de dirigeant du pays. » Après plus de dix jours de contestation, le premier ministre arménien, Serge Sarkissian, a démissionné lundi. Cette annonce surprise a eu lieu quelques heures après la libération du député et chef de file de l’opposition Nikol Pachinian, interpellé la veille lors d’une manifestation antigouvernementale. Le parlementaire a aussitôt rejoint les protestataires dans les rues d’Erevan, en lançant : « Citoyen fier d’Arménie, tu as gagné ! Et personne ne peut te priver de cette victoire. Je te félicite, peuple victorieux ! »

 Des manifestants dans les rues d’Erevan, lundi 23 avril. KAREN MINASYAN / AFP
Sur la place de la République, au cœur de la capitale, où se trouve le siège du gouvernement, des milliers de personnes se sont réunies, brandissant des drapeaux, s’embrassant et dansant. La foule a accueilli par des cris de joie et des applaudissements le départ du premier ministre. Dans plusieurs quartiers, les propriétaires de petits commerces installaient des tables dans la rue et ouvraient des bouteilles de vin, invitant les passants à boire un verre à l’avenir du pays.
La démission de M. Sarkissian doit maintenant être suivie par celle de tout le gouvernement. Les différents partis siégeant au Parlement ont sept jours pour proposer leurs candidats au poste de premier ministre. Les manifestations étaient devenues quasi quotidiennes en Arménie depuis le 13 avril. Dans la matinée de lundi, des militaires en tenue avaient, pour la première fois, rejoint les rangs des contestataires, témoignant d’une situation de plus en plus critique pour les autorités.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.