Amérique centrale – Situation inquiétante au Nicaragua

Les manifestations antigouvernementales ont fait près de trente victimes ces derniers jours au Nicaragua. Alfredo Zuniga / AP
Le Monde 25/04/2018
Alors que les manifestations antigouvernementales entrent mercredi dans leur deuxième semaine, la communauté internationale affiche son inquiétude sur la situation au Nicaragua. La répression de ce mouvement a déjà fait près de trente morts. L’ONU a demandé mardi des « enquêtes rapides, indépendantes et transparentes » sur les 27 décès survenus en six jours de protestation, déplorant de possibles « exécutions illégales ». Tentant l’apaisement, le président Daniel Ortega a ordonné mardi la libération de dizaine d’étudiants arrêtés les jours précédents. Comme l’explique le quotidien espagnol El Pais, les tensions ont été déclenchées par une réforme des retraites entraînant une baisse des pensions, promise par le gouvernement de M. Ortega, 72 ans, et de sa femme, la vice-présidente. Son abandon dimanche n’a pas suffi à apaiser le mécontentement général. Les manifestants, au premier rang desquels les étudiants, demandent désormais des élections libres, un gouvernement transparent, la séparation des pouvoirs et la liberté de la presse.
Le président nicaraguayen élu en 2007 semble être pris court par cette vague inédite. S’il a empêché son pays de sombrer dans la violence que connaissent d’autres pays d’Amérique centrale, l’ancien sandiniste n’est pas parvenu à le faire sortir de la pauvreté. Et, malgré la répression de ces derniers jours, « les gens n’ont plus peur » de s’exprimer, souligne le journal nicaraguayen La Prensa, qui rapporte les slogans anti-Ortega, tels que « Daniel est un criminel, Chayo [surnom de sa femme] est une sorcière ». D’autres ont demandé la démission d’Ortega.
Le président a assuré être prêt au dialogue, mais après onze ans de pouvoir, l’opposition dans le pays est quasi inexistante, rappelle France 24, et le mouvement actuel n’a pas encore trouvé de leadeurs. La possibilité de confier aux évêques catholiques la responsabilité de négocier avec le pouvoir a été évoquée, notamment par les chefs d’entreprise, comme le souligne le journal nicaraguayen El Nuevo diario. Ces derniers appellent à « repenser le futur » du Nicaragua et estiment que les étudiants, à la pointe des manifestations, doivent être associés à la réflexion.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.