Sur ou sous

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité
Le billet de Michel Schifres
L’Opinion 1er mai 2018
Dans le monde d’aujourd’hui, il est, ma foi, de plus en plus difficile de s’y retrouver. Longtemps les partis politiques ont eu un goût tenace pour les fausses factures. Elles permettaient de récupérer de l’argent en contrepartie d’aucune prestation. Puis est venu le temps de la surfacturation où l’on faisait payer un service plus cher que son coût réel : la différence n’était évidemment pas perdue pour tout le monde. Voici maintenant la sous-facturation. Le site Mediapart accuse Emmanuel Macron d’avoir bénéficié durant sa campagne présidentielle de ristournes importantes de la part d’une société d’événementiel. Sur le fond de l’affaire, si elle existe, avouons sans gêne notre incompétence. Mais exigeons de la clarté : quand même, entre sur et sous, il faudrait choisir !
mschifres@lopinion.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Economie, Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.