Juges et avocats saturent les prisons

Le Canard enchainé – 23/05/2018 – D.  S –
Le centre pénitencier de Longuenesse dans le Pas-de-Calais (62). Dans cette cellule, il y a trois détenus pour deux lits le troisième tire le matelas qu’il avait rangé sous le lit et dort par terre.
Le seuil des 70 000 détenus – un nouveau record – vient d’être dépassé. Parmi eux, 30 % de détenus provisoires, des présumés innocents, dont le nombre ne cesse de croître (9 % depuis 206). Qui s’en soucie ? Pas grand monde, à en croire la Commission de suivi de la détention provisoire (CSDP), dont le dernier rapport, encore inédit, s’ouvre sur ce sanglant constat : « La détention provisoire est, depuis si longtemps, sortie des préoccupations majeure des responsables de la politique pénale. » La preuve avec le « naufrage des données le concernant« .
Les prisonniers vivent souvent à 3 dans 9 m2.
Composée de parlementaires, d’un avocat, de deux magistrats de la Cour de cassation et du Conseil d’État, et présidée par un chercheur, la CSDP relève également un cruel manque d’intérêt de la part de « ses interlocuteurs ministériels » pour ses travaux. Elle fustige la « vanité » de toute « réforme » concernant les peines qui – « ne s’appuierait pas sur un bilan évaluatif complet« , comprenant le « cheminement » des affaires depuis la garde à vue jusqu »à la sortie de prison. C’est mal parti.
Comment expliquer la hausse vertigineuse du nombre de détenus alors que ces derniers temps, l' »objectif du législateur » est plutôt de faire de la prison la « mesure du dernier recours » ? Tournée générale ! Assaisonnés, les magistrats qui continuent d’expédier dans des maisons d’arrêt bondées à 200 % tant de « prévenus, accusés, condamnés à de petites ou moyennes peines » parce qu’ils n’ont ni su ni voulu saisir les « moyens juridiques« , pour éviter la taule.
Critiqués aussi, les avocats, qui, souvent, ne remplissent pas leur « mission d’information » en apportant au tribunal des éléments « concrets » susceptibles d’éviter l’incarcération de leurs clients. Tout ça parce que ces derniers seraient pauvres ? Odieux soupçon.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.