Jean-Luc Mélenchon, un populisme à deux vitesses

L’Opinion 31/05/2018 Rémi Godeau
Edito Dégagisme – CQFD : Jean-Luc Mélenchon est un populiste pur et dur. Le doute n’est plus permis. Le fondateur de La France insoumise partage cette caractéristique consubstantielle à tous les leaders du genre : ne pas s’appliquer l’intransigeance radicale qu’il réclame à ses adversaires, au nom du peuple. Après tout, quatre décennies de bonne vieille politique d’appareil n’avaient pas dissuadé le presque-Président de faire campagne sur le thème du «dégagez-les tous !» Faites ce que je dis… Dernière démonstration : l’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris sur de possibles irrégularités dans ses comptes de campagne. Le pourfendeur des puissants est certes présumé innocent, mais il ne s’en trouve pas moins dans la position inconfortable du procureur accusé.
En période de défiance des citoyens envers leurs élus, les hommes politiques se doivent d’être exemplaires, et les populistes plus encore car censés incarner ce peuple écrasé par une oligarchie biberonnée à l’impunité, ces «gens» ignorés par une élite hors-sol. Or voici le chantre de l’antisystème soupçonné de s’être fort bien accommodé des facilités de ce système qu’il ne cesse de dénoncer avec une outrance assumée. Or voilà le parangon de vertu et de transparence se contentant pour toute justification d’un communiqué lapidaire et définitif, où pointe ce mépris de classe et cette arrogance de caste qu’il pourfend par ailleurs.
Qu’on se rassure, le partisan du coup d’éclat permanent ne se laissera pas piéger par ces contradictions. Il aura à cœur de jeter à la vindicte populaire des médias falsificateurs, un chef de l’Etat manipulateur… Mieux, en un déni de réalité qui frise le complotisme, il attaquera les règles de notre vie publique avec le même acharnement qu’il met à contester la légitimité du pouvoir élu. Une dérive dangereuse.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.