L’olive dans le noir…

Le Canard enchaîné – 30/05/2018 – Conflit de Canard –

Riche en calcium, en magnésium, en anti-oxydants, en anti-inflammatoires…, l’olive de table nous est vendue comme un véritable élixir de santé. Bien que meilleure à picorer à l’apéro, que les cacahouètes, par exemple. D’ailleurs, la consommation à bondi de 62 % en quinze ans. En bocal, en sachet sous vide ou tartinée en tapenade, les français en engloutissent 76 000 tonnes chaque année !
Histoire d’en produire toujours plus, on fait très souvent subir aux olives, essentiellement importées du Maroc et d’Espagne, un tas de traitements qui dézinguent une grande partie de leurs nutriments. Normalement, une olive digne de ce nom doit être cueillie sur l’arbre lorsqu’elle vire au noir, signe de sa pleine maturité. Mais, pour gagner du temps et parce qu’une olive verte se dénoyaute facilement, les producteurs industriels n’attendent pas qu’elle soit mûre. Et c’est là que ça se gâte.
Vu que le fruit a été prélevé avant l’heure, il est trop amer. Il faut donc le « désamériser » en le trempant, une fois dénoyauté, dans de la soude. L’opération peut durer jusqu’à 72 heures, afin que  le NaOH ait le temps de pénétrer aux deux tiers de la chair. une joyeuse trempette qui permet aussi de ramollir l’olive verte, dure comme du bois, mais qui flingue à nouveau des nutriments.
Reste à en faire une olive noire. Comment ? En la colorant artificiellement… D’abord en l’oxydant dans des cuves saturées d’air à haute pression pour l’assombrir, puis en fixant la couleur ainsi obtenue avec du gluconate ferreux – E579, de son petit nom – ou du lactate ferreux (E585), des additifs qui font disparaître les derniers antioxydant que recélait encore la pauvre olive. La voilà noire et brillante comme un soulier bien ciré !
A l’inverse, sa cousine qu’on a laissé mûrir sur pied est moche, avec sa robe pas homogène et sa peau un peu fripée. L’autre moyen de repérer les olives tradi est de chercher sur ‘étiquette la mention « au naturel« , ou « au sel sec » ou « à la grecque« . 
Le must étant la garantie « sans conservateur« , qui permet d’éviter l’additif E202, du sorbate de potassium, que les conditionneurs utilisent afin de repousser u maximum la date de péremption. Le plus piquant, c’est que les olives noires, « vraies » ou « fausses », sont finalement vendues plus cher que les vertes.
Et çà, c’est dur à avaler !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.