Société – Il faut sortir le grand âge du ghetto

Couple de personnes âgées handicapées qui se soutient

Ouest-France 16/06/2018 par Philippe Boissonnat
Edito – Le nouveau-né qui voyait Le jour en 1945 pouvait compter sur une espérance de vie de 60 ans pour un garçon, 65 ans pour une fille. Le bébé de 2018 peut espérer vivre jusqu’à 80 ans pour un homme, 85 pour une femme. En trois générations, vingt ans de gagnés, fruit des progrès de la médecine et des conditions de vie.
Chacun se réjouit de la vitalité des jeunes retraités mais, revers de la médaille, les graves problèmes posés par Le « grand âge » au-delà de 80 ans restent largement confinés aux cercles familiaux et médico-sociaux.
Inédite par son ampleur, la journée de grève de janvier dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) a mis en lumière Leprofond malaise des personnels après une série de négligences graves. Leur malaise reflète lui-même la détresse des 600 000 résidents de ces établissements de fin de vie. Et Le sentiment d’impuissance des familles.
Dans un avis récent, Le Comité consultatif d’éthique (CCNE) pose la question sans tergiverser (1) : « Quel sens donner à la concentration des personnes âgées dans des établissements qui sont devenus, souvent à leur corps défendant, leurs résidences définitives ? Peut-on les contraindre non seulement à vivre dans des lieux où elles ne souhaitent pas se trouver, mais à devoir de surcroît payer cher pour cela ? » D’autant que cette forme de « ségrégation » a fréquemment pour effet d’amplifier les pertes d’autonomie à l’origine du « placement ».
Un cercle vicieux à rompre
Isolement et sentiment d’abandon des personnes âgées, culpabilité des familles qui s’usent – souvent en vain – à chercher des alternatives, épuisement des personnels mal considérés, mal rémunérés, insuffisamment formés… Or, ce cercle vicieux va s’élargir dans les prochaines décennies. La France compte aujourd’hui 1,5 million de 85 ans et plus. Ils seront 4,8 millions en 2050. Trois fois plus. Il est temps d’agir.

Aide à domicile
maintien à domicile
auxilliaire de vie
ci-contre Martine d’Adhap service intervient à domicile sur la commune de Quimper *** Local Caption *** Des maisons avec capteurs pour (sur) veiller les seniors
Hauts-de-France. Dans l’Aisne, une start-up équipe de capteurs les domiciles de personnes âgées isolées. Cette technologie doit permettre de faire remonter toute anomalie aux aidants.
Dans l’Aisne, une start-up équipe de capteurs les domiciles de personnes âgées isolées. La technologie doit faire remonter toute anomalie aux aidants.

Le président de la République a confirmé cette semaine qu’Il prévoyait, fin 2019, l’ajout d’une « 5branche » à l’arbre protecteur de la Sécurité sociale, la « dépendance ». La ministre des Solidarités et la Santé, Agnès Buzyn, annonce d’ici à 2020 un grand débat pour mettre fin à la « mise à l’écart » des personnes âgées, « indigne des valeurs de notre République ». Ce débat s’impose. Car, la belle unanimité compassionnelle du moment sera beaucoup plus fragile dès qu’Il faudra relever les nombreux défis qu’une telle ambition suppose. Défis du maintien à domicile, de l’élargissement du statut des aidants familiaux, de la formation et de la rémunération des personnels, de la qualité d’un accompagnement qui ne serait plus seulement technique, etc.
Il faudra mobiliser des moyens nouveaux. Ils viendront soit du redéploiement de dépenses actuelles (lesquelles ?), soit de notre poche (taxes et impôts) ou de celle de nos enfants (dette). Il faudra donc hiérarchiser les priorités et les faire partager dans Le sens de l’intérêt collectif.
La tâche sera d’autant plus malaisée que nous continuerons d’éviter d’aborder les questions pénibles mais naturelles que nous posent Le vieillissement, la fin de vie et la mort. C’est au prix de la fin de ce non-dit que nos aînés aujourd’hui, nous demain, pourront espérer voir s’éloigner Le sentiment insupportable d’être « de trop ». Le combat à mener n’est pas tant d’ajouter des années aux années que de regagner en qualité de fin de vie.
(1) Enjeux éthiques du vieillissement, publié Le 17 mai.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.