Aude : qui sont les manifestants à l’origine du blocage du Tour de France ?

Midi Libre – 24/07/2018  – Nicolas Zarrouk –
Qui sont les manifestants à l'origine du blocage du Tour de France ?Des agriculteurs de la région de la Piege, entre Aude et Ariège, ont bloqué le peloton ce mardi 24 juillet pour alerter sur la fin des aides européennes aux agriculteurs.
Ce mardi 24 juillet, alors que les coureurs du Tour de France ont quitté Carcassonne depuis quelques dizaines de kilomètres, le peloton est contraint de s’arrêter. Sur la route, des manifestants ont positionnés des ballots de paille. A l’arrivée des cyclistes, les gendarmes sont entrain d’évacuer les manifestants et les gaz lacrymogènes viennent perturber fortement les sportifs, qui mettent pied à terre.
Sur la route, des manifestants ont positionnés des ballots de paille.
Sur la route, des manifestants ont positionnés des ballots de paille. – AFP
Sur la route, des manifestants ont positionnés des ballots de paille.
Sur la route, des manifestants ont positionnés des ballots de paille.
Des agriculteurs de l’Aude
Selon une information de la direction de course relayée par France TV, ce sont des agriculteurs de l’Ariège et de l’Aude qui sont à l’origine de la manifestation. Ils se revendiquent du mouvement « Pour que vive La Piège » et entendaient dénoncer la sortie de certaines communes du département du dispositif Zones défavorisées.
La région de la Piège
La Piège est une petite région naturelle française située à l’ouest du département de l’Aude. La Piège mord également sur quelques communes du nord-est du département de l’Ariège. Elle constitue une section du territoire du Lauragais, limitée au nord par le Canal du Midi, au sud et à l’ouest par la vallée de l’Hers-Vif, et se prolongeant vers le Razès à l’est et le Quercorb au sud-est.
Sur la route, des manifestants ont positionnés des ballots de paille.
Zones défavorisées et aides compensatoires
Ces zones défavorisées sont des zones soumises à des contraintes naturelles dans lesquelles les agriculteurs sont éligibles à des aides compensatoires de l’Union européenne liées à ce handicap naturel, précise le site du Ministère de l’Agriculture. D’autres manifestations ont déjà été organisées, notamment à Toulouse.
Selon nos confères de La Dépêche, une dizaine de communes seraient encore exclues du dispositif, soit un manque à gagner de 8 000 et 12 000 euros par an aux exploitations.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Agroalimentaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.
%d blogueurs aiment cette page :