Affaire Benalla – Entretien exclusif : Alexandre Benalla livre ses vérités

Plus d’une semaine après les révélations du « Monde », l’ex-chargé de mission de l’Elysée a accepté de répondre longuement à nos questions.
Le Monde |  27.07.2018 | Propos recueillis par Gérard Davet, François Krug et Fabrice Lhomme
Pour la première fois depuis le déclenchement de l’affaire qui porte son nom, Alexandre Benalla parle. Barbe rasée pour ne pas être importuné, l’ancien chargé de mission de l’Elysée, accusé d’avoir molesté deux manifestants en marge des manifestations du 1er Mai, a accepté de répondre longuement aux questions du Monde.

Alexandre Benalla, Photo © Ed Alcock / M.Y.O.P. 25/7/2018

L’entretien, que nous n’avons pas fait relire, s’est déroulé à Paris, mercredi 25 juillet, au domicile de Marc Francelet, un ancien journaliste reconverti dans les affaires, qui se présente aujourd’hui comme « communicant ». Lors de la séance photo, réalisée en fin de journée, est apparue Michèle Marchand, figure de la presse people et très proche du couple Macron. Preuve que dans la tempête, M. Benalla n’est pas un homme seul.
Estimez-vous avoir « trahi et déçu » Emmanuel Macron ? Ce sont ses mots…
Ce sont des déclarations que je comprends. Parce que s’il y a un problème autour du président de la République, il ne doit pas être provoqué par un collaborateur. C’est quelqu’un qui avait – et qui a toujours, je pense – confiance en moi, dans mon action au quotidien. Mais au vu de ce que cette histoire a déclenché, je ne vois pas quels autres termes il aurait pu employer pour qualifier la situation. Donc, forcément qu’il y a de la déception, forcément qu’il doit y avoir un sentiment de trahison…
Avez-vous le sentiment de l’avoir trahi ?
Moi, je n’ai pas le sentiment d’avoir trahi le président de la République, j’ai le sentiment d’avoir fait une grosse bêtise. Et d’avoir commis une faute. Mais cette faute, elle est plus d’un point de vue politique : je n’aurais jamais dû aller sur cette manifestation en tant qu’observateur, puis j’aurais, peut-être, dû rester en retrait.
Reprenons du début. Comment apparaissez-vous dans l’entourage de M. Macron ?
Au départ, à l’été 2016, un copain m’appelle et me dit : « Alexandre, Emmanuel…
L’accès à la totalité de l’article est protégé
Liste des questions posées à l’intéressé
Mais avez-vous la compétence pour ça ?
Quel est votre premier contact avec Macron ?
Avant l’élection, êtes-vous armé ?
N’êtes-vous jamais sorti avec ?
Avez-vous les compétences pour porter une arme ?
Comment se passe la suite, notamment l’intronisation de Macron au Louvre ?
Un contrat de combien de temps, pour quel montant ?
Quel va être votre rôle ?
Y avait-il besoin d’une personne comme vous, en plus des membres du GSPR ?
Vous avez 25 ans, et vous vous retrouvez à donner des ordres à des policiers expérimentés…
Mais vous-même, vous considérez-vous proche du président ? Au Touquet (Pas-de-Calais), par exemple vous aviez les clés de sa maison…
Il y a eu des frictions entre vous et le GSPR…
On vous taxe d’arrogance…
Avez-vous un logement de fonction ?
On a parlé de la carte d’accès à L’Hémicycle de l’Assemblée nationale comme d’un passe-droit …
 Une fois à l’Elysée, faites-vous une demande de port d’arme ?
Les policiers ne vous ménagent pas…
Vous étiez suspendu, rétrogradé, mais vous avez pourtant géré le retour des Bleus en juillet ou encore l’hommage à Simone Veil…
Pourquoi étiez-vous habilité secret-défense ?
Avez-vous voulu réorganiser le service de protection du président ?
Imaginez-vous être victime de règlements de comptes internes à la police ?
Au ministère de l’intérieur ? Des fonctionnaires ?
Son directeur de cabinet, le chef de cabinet ?
Pensez-vous être victime d’un complot ou d’un règlement de comptes visant M. Macron ?
C’est vous qui demandez à être présent le 1er mai ?
Dénoncez-vous une sorte d’amateurisme dans la réalisation de cette mission ?
D’où provient l’équipement de policier que vous utilisez ?
Comment cela se passe-t-il le 1er mai ?
Que se passe-t-il place de la Contrescarpe ?
Et vous décidez d’intervenir, violemment…
Et si vous n’étiez pas collaborateur à l’Elysée, étiez-vous en droit de le faire ?
Avez-vous usurpé une identité de policier ?
On insiste, les images de votre intervention sont violentes…
Quand avez-vous réalisé que vous étiez filmé ?
Je sais depuis le début de la manifestation que je suis filmé. Je ne me cache pas.
Lorsque vous intervenez, où se trouve le policier qui vous accompagnait ?
Que se passe-t-il ensuite ?
Le ministre de l’intérieur vous tutoie ?
Lors de ses auditions à l’Assemblée nationale et au Sénat, il a en tout cas assuré ne pas vous connaître…
Pourtant, il vous tutoie…
Que se passe-t-il après le départ du ministre ?
Est-ce qu’il considère que c’est une faute morale ou une faute pénale ?
En avez-vous parlé avec le président ?
Alain Gibelin, le directeur de l’ordre public et de la circulation (DOPC), a affirmé aux députés vous avoir croisé lors de réunions pendant ces deux semaines de suspension, avant de se rétracter. Pourquoi ?
Pourquoi mentirait-il ?
Que se passe-t-il à votre retour à l’Elysée après votre suspension ?
A l’intérieur du palais, vous êtes forcément amené à croiser M. Macron. Vous parle-t-il de l’affaire ?
D’où vient la vidéo que la justice vous reproche d’avoir détenue ?
Avez-vous demandé ensuite au service communication de l’Elysée ce qu’il avait fait de cette vidéo ?
Le Monde | Propos reccueillis par Gérard Davet, François Krug et Fabrice Lhomme

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Police, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.