Les riches sont-ils utiles à l’économie ? – « L’Angle éco » mercredi 8 août / France 22 h 55

France 2 – 08/08/2018 – présenté par François Lenglet –
Après quatre années de décryptage de l’économie sur France 2, le magazine « L’Angle éco » « L’Angle éco » (Facebook, Twitter, #Langleco), présenté par François Lenglet, propose le dernier numéro de son histoire… mais il est en or massif ! Il n’y a jamais eu autant de riches et ils n’ont jamais possédé autant de richesses…
La France n’a jamais compté autant de milliardaires : 40 cette année, selon le magazine américain Forbes. Tout en haut de la pyramide, Bernard Arnault, Pdg de LVMH, avec une fortune estimée à 60 milliards d’euros.
Françoise Bettencourt Meyers, héritière de Liliane, se trouve sur la deuxième marche du podium avec 35 milliards d’euros. Et François Pinault complète le trio de tête des milliardaires hexagonaux, avec 23 milliards d’euros. Trois fortunes du luxe et de la cosmétique.
32% du patrimoine de la France aux mains de 1% de la population
Un pour cent de la population française ferait partie de ceux qui sont appelés « les riches », selon l’Insee. Portrait-robot : un homme dans la soixantaine qui gagne au moins 8 850 euros par mois ; il est propriétaire de sa maison et habite très souvent en région parisienne. Cette seule partie de la population concentre à elle seule 32% du patrimoine de la France.
Au Moyen-Age, le riche était un seigneur possédant un château, ses revenus provenaient de ses terres. A la fin du XVe siècle, les marchands qui sillonnaient les océans sont devenus les nouveaux riches. Depuis la révolution industrielle, les grosses fortunes appartiennent désormais aux banquiers et capitaines d’industrie. 
(Extrait de « Les riches sont-ils utiles à l’économie ? », une enquête du magazine « L’Angle éco », diffusée mercredi 8 août à 22h55 sur France 2.)
La planète compterait 2 200 milliardaires, dont 40 rien qu’en France. Emmanuel Macron dit voir en eux des « premiers de cordée » qui doivent montrer l’exemple et tirer l’économie vers le haut. Pour eux, le président de la République a supprimé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en janvier 2018.
Taxer ? Redistribuer ?
Les riches sont-ils économiquement rentables ? Faut-il leur faire confiance ? Doit-on croire à la théorie du ruissellement qui profiterait à toute la société ? Ou bien faut-il davantage taxer les riches pour redistribuer et diminuer les inégalités ?
Quelle est donc la fonction économique de la richesse ? Pour son ultime numéro, « L’’Angle éco » se penche sur cette question divisant société et économistes. Et à découvrir en fin de magazine, les secrets de la femme la plus riche et la plus puissante qui a jamais vécu dans notre pays…
Au sommaire :
Un rêve de milliardaire
Cent millions d’euros, c’est le prix de la maison neuve la plus chère de France ! Elle attend sur les hauteurs de Cannes le milliardaire qui pourra se l’offrir. Sa construction a donné du travail à des dizaines de PME françaises.
La richesse en héritage
A la découverte d’une vieille fortune familiale investie depuis cent soixante-dix ans à Saint-Etienne (Loire) dans l’industrie textile. La famille Ducottet reste attachée à sa ville et considère que sa richesse doit bénéficier à la population locale.
Le ruissellement à l’américaine
San Francisco est la ville du monde qui compte le plus de riches au mètre carré ! Parmi les milliardaires de la Silicon Valley, la dernière mode est l' »impact investing », ou comment s’enrichir… en essayant de rendre le monde meilleur.
Riche et sans complexe
Quelque 54 Français possèdent plus de 100 millions d’euros de patrimoine… mais ils vivent en Suisse ! Comme Paul Dubrule, cofondateur du groupe hôtelier Accor. La suppression de l’ISF suffira-t-elle à faire rentrer ces exilés fiscaux en France ?
L’art… de défiscaliser !
La niche fiscale préférée des grandes fortunes reste… l’art. Enquête sur les étonnants privilèges fiscaux qui enrichissent les plus grands et plus riches collectionneurs de France.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.