Le sport, c’est mieux le matin ou le soir ?

Ouest-France – 08/08/2018 – Martin Hernot –
Faire du sport, c’est bien. Mais y a-t-il un moment à privilégier pour s’entraîner ? Vaut-il mieux se lever tôt pour se dépenser de bon matin, à la fraîche ? Ou est-il préférable de se dépenser en soirée, après sa journée de travail ?
Faire du sport le matin : LES AVANTAGES
« Faire de l’activité physique le matin stimule le métabolisme », explique Kévin Mahot, coach sportif à Angers, dans le Maine-et-Loire. Le midi, on a ainsi meilleur appétit. Mais on brûle aussi plus de calories.
« Je suis partisan de faire du sport avec le moins de choses possibles dans les intestins », reconnaît Pierre-Marie Jamey, ingénieur en nutrition à Nantes. De cette manière, on puise dans ses réserves de graisse. Il vaut donc mieux partir l’estomac léger, avec juste éventuellement des protéines avalées avant l’effort. Ou bien une banane, qui s’avère être un aliment idéal.
Le matin, on est aussi plus performant : « Le taux de testostérone est plus élevé le matin », et ce, chez les hommes comme chez les femmes. « Le pic dans l’organisme intervient à 5 h du matin », détaille le nutritionniste. Et grâce à la production d’endorphines provoquée par l’effort physique, « on augmente la concentration et le calme durant la journée », ajoute Kévin Mahot. Une activité physique matinale permet donc d’être plus productif au travail et plus dynamique durant ses journées de repos.
LES INCONVÉNIENTS
Le matin, les muscles sont à froid. Ils se sont reposés toute la nuit, donc un effort trop intense ou trop violent entraîne un risque de blessures plus grand. Il faut pouvoir consacrer plus de temps pour le réveil musculaire : « L’échauffement doit être plus approfondi, confirme Kévin Mahot, également préparateur physique de l’équipe de hockey sur glace Les Ducs d’Angers. Il faut prendre le temps d’échauffer ses articulations, car notre corps est jusqu’à 20 % plus raide que le soir. »
La question du petit-déjeuner se pose également. Si l’on n’a pas mangé avant la veille, on risque une hypoglycémie. « On peut faire du sport à jeûn, mais il faut être habitué. Quelqu’un qui n’a pas l’habitude va avoir la tête qui tourne rapidement », prévient Pierre-Marie Jamey. Mais, à l’inverse, « Il ne faut pas faire de sport juste après le repas, le ventre plein ». Difficile, donc, de trouver le juste milieu.
« Le matin, on est aussi déshydraté. Il faut penser à boire beaucoup d’eau », précise Kévin Mahot. Pour un sportif occasionnel, il faudra donc penser à être rigoureux sur son alimentation, et ce, tous les matins.
Photo d’illustration : Fotolia)Faire du sport le soir :
Faire du sport le soir : LES AVANTAGES
Dans la journée, la marche et les mouvements préparent les muscles inconsciemment. L’échauffement pourra donc être raccourci en soirée. Et puis le soir, on évacue le stress accumulé depuis le matin. Se défouler après une journée remplie d’anxiétés et de frustrations permet d’apaiser l’organisme pour aborder la soirée de manière beaucoup plus sereine.
LES INCONVÉNIENTS
Si vous n’avez pas une alimentation très équilibrée, le soir n’est pas le moment le plus propice pour brûler les graisses. « Si on a mangé des produits glucidiques et sucrés dans la journée, on va puiser là-dedans seulement, explique le nutritionniste. Avec le ventre plein, le sang est utilisé par les organes pour la digestion, pas pour les muscles. »
De plus, « les hormones et enzymes diminuent en soirée, à partir de 17 h. » Contrairement au matin, on dispose aussi de moins d’énergie pour fournir un effort. Par de fortes températures, le risque de blessures est également présent : « Si l’on est confronté à la chaleur de la journée, ça peut fatiguer l’organisme. Il faut penser à bien s’hydrater ou on risque une tendinite », prévient Kévin Mahot.
Contrairement au matin, l’activité physique risque aussi d’être perturbée par des événements extérieurs : des courses à faire, un apéro improvisé, une invitation… Autant de situations qui ne risquent guère d’avoir un impact les séances matinales. « Faire du sport le soir peut aussi troubler le sommeil », révèle Kévin Mahot.
(Photo d’illustration : Fotolia)
Que faut-il en retenir ?
« Il n’y a pas de meilleur moment pour faire du sport », reconnaît finalement Pierre-Marie Jamey. Il vous appartient donc de déterminer quel moment est le plus propice pour vous. « Hormis en période de forte chaleur, l’horaire n’a pas d’influence particulière en termes de blessures », estime Thomas Payen, ostéopathe à Rennes.
Dans tous les cas, « l’été n’est pas la période pour tenter des records, il vaut mieux maintenir une activité modérée », conseille Kévin Mahot. Avec cette chaleur, mieux vaut privilégier des disciplines où l’on peut réguler l’intensité : « La course à pied, le vélo ou encore la natation, propose le coach sportif. C’est le moment d’expérimenter le yoga, non ? »

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.