» Le Média « , vitrine des errements de la gauche radicale

L’Opinion 12/08/2018 Rémi Godeau
L’éditoRémunérations «injustifiées», management «autoritaire», malversations, prestations «sans réalité», manipulations comptables, traitements «violents», siphonnage financier, guerre des clans, instrumentalisation…
Sur fond d’accusations toujours plus graves, la crise continue de secouer Le Média, proche de La France insoumise. A croire que la web télé de la gauche radicale, présentée par ses fondateurs comme un contre-modèle à la presse stipendiée, s’ingénie à illustrer au jour le jour dans son fonctionnement la caricature qu’elle donne non sans arrogance du «système ultra-libéral».
«Le capitalisme, libéré, donne la guerre», assure le philosophe marxiste Alain Badiou ? Voyez Le Média. Frédéric Lordon, égérie de Nuit Debout, renchérit : «C’est une structure de rapports sociaux contradictoires et de domination» ? Voyez Le Média. Jean-Luc Mélenchon éreinte les patrons voyous dont les salariés sont victimes ? Voyez Le Média…
Le gouffre entre la doctrine défendue et la pratique n’a d’équivalent que les contorsions idéologiques farcesques : on clame son bénévolat pour mieux facturer ses prestations de conseil, on use de l’auto-entrepreneuriat et abuse de l’ode militante au CDI, on affiche une indépendance éditoriale tout acquise au mélenchonnisme, on désigne les «socios» propriétaires quand ils ne sont que gogos bons à financer les turpitudes picrocholines de pieds nickelés, sans foi ni loi contrairement à la pensée libérale qu’ils abominent.
Le krach en direct de «la formidable aventure» promise par Le Média resterait anecdotique s’il ne révélait pas un biais fondamental de cette gauche révolutionnaire. Adeptes de la victimisation, friands de boucs émissaires, habitués au déni de réalité, abonnés au moralisme et sensibles au complotisme, ces hérauts du grand soir naviguent sans souci d’exemplarité, ni de responsabilité. Pathétique et sans issue.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.