Diplomatie – Crises, krach turc et … boom de l’Europe ?

L’Opinion 14/08/2018 par Rémi Godeau
L’édito – « Ce qui me rend optimiste, c’est que l’histoire en Europe redevient tragique». Emmanuel Macron voit une opportunité dans les crises. Tant mieux, car elles prolifèrent. Avec la douceur d’un marteau-piqueur, Donald Trump remodèle l’ordre mondial établi en 1945, sans souci de ses liens traditionnels ni des dégâts collatéraux. Ainsi le président américain plonge-t-il maintenant la Turquie, son alliée au sein de l’Otan, dans un krach monétaire lourd de menaces pour les pays émergents et la zone euro. Ensuite, à qui le tour ?
Commerce, défense, alliances : sur tous ces fronts, la diplomatie du «America First» casse un équilibre tacite vieux de soixante-dix ans : la reconnaissance de l’hégémonie américaine en échange de la sauvegarde des valeurs et de la sécurité des démocraties européennes. Que l’hôte de la Maison Blanche considère que ses «devoirs» internationaux finissaient par coûter trop cher à son pays, pourquoi pas. Qu’il continue à user de la toute-puissance du dollar et à abuser de l’extraterritorialité de son droit pour imposer dans le commerce international une lex americana sans réassurance en contrepartie posera à terme problème.
Les Européens l’ont compris : le gendarme yankee, qui n’a jamais été un enfant de chœur, maniera davantage le bâton que la carotte. Encore faut-il maintenant instaurer un rapport de force. Et avec d’autant plus de fermeté que la Chine, contre-pouvoir assumé, avance ses pions dans la recomposition planétaire en cours. Or sur l’Iran, la Commission européenne a abdiqué. Sur les tarifs douaniers, elle a obtenu un simple répit. Sur l’Otan, elle fait le dos rond. Quant aux attentions appuyées de Donald Trump envers les Brexiters les plus durs et les chefs d’Etat membres les plus nationalistes, elle feint de les ignorer. Autant d’opportunités ratées de renforcer l’autonomie de l’Union. Tragique ?

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.