Pour rappel – Ne laissons pas mourir le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov

Ouest-France 19/08/2018 par Jeanne Emmanuelle Hutin

EditorialCondamné à 20 ans de camp dans le grand nord sibérien, le prisonnier politique, Oleg Sentsov, est en train de mourir dans une indifférence quasi-générale.
Cinéaste Ukrainien, originaire de Crimée, Oleg Sentsov a été enlevé par les services secrets russes en 2014. Son procès a été cousu de fausses accusations : « aucune preuve mais des témoignages extorqués sous la torture ! », révélait l’un de ses accusateurs.
L’odieuse manœuvre aurait pu réussir. Le silence, recouvrir l’injustice. La désinformation, l’emporter. Mais c’était sans compter sur la force d’âme d’Oleg Sentsov : « Je ne vois pas l’intérêt d’avoir des principes si l’on n’est pas prêt à souffrir, voire à mourir pour eux » déclarait-il (1). Voici près de 100 jours qu’il s’est engagé dans une grève de faim. Au risque de sa vie, il tente de franchir le mur de l’indifférence non pour lui-même, mais pour la libération de 70 autres prisonniers politiques Ukrainiens.

Le Mondial en Russie aurait pu permettre à la France de protester
Il « a décidé… de faire un sacrifice radical, expliquait Mgr Gudziak dans Ouest-France (2). Afin que soient entendues les voix des prisonniers politiques, celles des dissidents injustement condamnés, des victimes et orphelins de cette guerre hybride non déclarée qui depuis plus de quatre ans sévit en Ukraine. »
Alors que la vie d’Oleg Sentsov s’éteint, des citoyens se mobilisent. Mais les protestations politiques manquent d’une vigueur décisive. Le Mondial aurait pu permettre à la France de protester avec force. Il en reste l’image d’une entente affichée entre le Président de la République et Vladimir Poutine.
Emmanuel Macron s’était engagé devant les dissidents russes à plaider sa cause auprès de Vladimir Poutine. Il est intervenu en privé, or « en politique, ce qui se dit en privé et dont on ne souhaite pas que ce soit public, n’existe pas », analyse Marie Mandras, spécialiste de la Russie (3).
22 citoyens russes emprisonnés en Ukraine

On ne peut abandonner Oleg Sentsov. D’autant plus que des Russes eux-mêmes, prenant de grands risques, se mobilisent pour qu’il soit sauvé. La journaliste et visiteuse de prison, Zoïa Svetova lui a rendu visite récemment : « J’ai vu Oleg Senstsov. Dieu soit loué, il est vivant. Il sourit… Il se fatigue vite. Il nous remercie tous pour notre soutien… Le plus important est d’initier au plus vite un processus d’échange entre prisonniers russes et ukrainiens. Ceci sauvera la vie d’Oleg », rapporte l’association Les Nouveaux Dissidents.
D’après Euromaïdan, 22 citoyens russes emprisonnés en Ukraine demandent à Poutine de les échanger contre des prisonniers politiques ukrainiens.
Ressaisissons-nous comme le demandent des personnalités du monde de la Culture : « Ne pas agir ce serait laisser Oleg Sentsov mourir. Ce serait renoncer à nos valeurs et à nos principes. » (4) « Il y va aussi de la crédibilité de l’Europe démocratique » écrit Pascal Brückner (5).
(1) Ouest-France 10-8-18 (2) 15-8-18 (3) Libération 11 et 12-8-18 (4) Le Monde 14-8-18 (5) Le Figaro 31-7-1

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Justice, Solidarité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.