France : réussir la quadrature du cercle budgétaire

Le Canard enchaîné – 22/08/2018 –
Quel est le pays d’Europe qui affiche le plus médiocre taux de croissance – à peine 0,2 % au second trimestre ? La France. Quel est la pays d’Europe qui bat tous les records en matière de déficit commercial et de balance des paiements Encore la France. Quel est le pays d’Europe qui affiche le taux d’inflation le plus élevé, soit 2,3 % sur un an ? toujours la France.
Inutile d’insister sur l’effet qu’on ces médiocres performances économiques sur les partenaires d’Emmanuel Macron dans la zone euro. Lui qui aimerait tant jouer au grand Jupiter de l’Europe.

C’est en tenant compte de ces indications que le chef de l’État va devoir procéder, ce mercredi, aux arbitrages pour le budget 2018. L’exercice s’annonce ardu, car le ralentissement de la croissance, que le gouvernement n’avait pas anticipé, le contraint à freiner plus que prévu la dépense publique dans le prochain budget 2019. Et surtout à expliquer – enfin ! – comment il compte respecter l’objectif que le candidat Macron s’est lui-même fixé durant la campagne présidentielle : baisser la dépense publique de 3 points de PIB d’ici à 2022. Soit 60 milliards d’euros. Excusez du peu !
La France en est loin. En 2017, les dépenses ont encore augmenté de 6,4 milliards, et inutile de compter sur une « cagnotte » pour boucler le budget 2018 ou compenser l’atonie de la croissance prévue pour 2019. La France risque donc de se trouver incapable de limiter le déficit à 2,3 % cette année et l’an prochain. 
Face à cette équation à plusieurs variables et inconnues, il y aurait bien sûr une solution : augmenter les impôts. une idée que le député macroniste Stanislas Guérini repousse ainsi (« Libé », 20/8) : « Il ne faut pas toucher au cadre qu’on a créé pour favoriser le croissance. Donc, notamment, ne pas changer de cap sur la politique fiscale. »
Ce serait pourtant, pour la France, la certitude de battre un autre record européen : celui de la plus haute pression fiscale sur les particuliers. Tous impôts confondus, évidemment.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Economie, Europe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.